IKI : J - 689 jours à BEIT SALAM
TOUS ENSEMBLE CONTRE LES CRIMES ECONOMIQUES

Thèmes

afrique amis annonce argent article background bande belle blog bonne cadre cadres

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· ARTICLES (162)
· COMMENTAIRES (2)
· COMMUNIQUES (0)
· CULTURE (0)
· DECES (2)
· ETUDIANTS (0)
· FEDERATION D'ANJOUAN (0)
· FEDERATION D'EGYPTE (0)
· FEDERATION DE LA REUNION (0)
· FEDERATION DE MAYOTTE (0)
· FEDERATION DE MOHELI (0)
· FEDERATION DE NGAZIDJA (0)
· FEDERATION GUINEE CONAKRY (0)
· FEDERATION LYON (0)
· FEDERATION MAROC (0)
· FEDERATION MARSEILLE (0)
· FEDERATION MAURICE (0)
· FEDERATION PARIS (0)
· FEDERATION SENEGAL (0)
· HISTORIQUE (0)
· HOMMAGE A DR KASSIM (2)
· INTERVIEW (1)
· JUSTICE POUR LES VICTIMES DU YEMENIA (1)
· LES LIVRES PUBLIE PAR SAID LARIFOU (2)
· MOHELI 2010 (0)
· NOTRE PROGAMME (2)
· PHOTOS (0)
· PLAINTE : SOUSCRIPTION NATIONALE (0)
· PLAINTE :CRIMES ECONOMIQUES (0)
· PRESENTATION DE NOTRE PRESIDENT (0)
· PRESIDENT DU RIDJA SAID LARIFOU (0)
· SG ABDOU SOIMADOU (0)
· VIDEOS (4)

Rechercher
Derniers commentaires Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Articles les plus lus

· Un homme dévore le sexe de sa femme à Anjouan
· EMIRATES DE RETOUR AUX COMORES ?
· IMANY, ARTISTE MUSICIENNE ORIGINAIRE DES COMORES
· Le parti RIDJA investit les places publiques
· Ces zarabes qui bâtissent la Réunion

· TRIBUNE LIBRE :LE BLOG MLIMADJI CONTRE -ATTAQUE
· La côte d'ivoire sur le sentier de la guerre
· REGLEMENT DE COMPTES OU ASSASSINAT?
· MOHELI 2010
· SCANDALE AU SOMMET DE L'ETAT: La lettre qui accuse Mamadou
· Match amical:"Comores-OM"
· Ridja : La visite de SAMBI n'a rien d'officielle
· DEBAT : OUATTARA c/ GBAGBO
· AVIS DE RECHERCHE : Un député en cavale
· LA FAMILLE D'AKHIM KARI PLEURE SON FILS AÎNE

Voir plus 

Blogs et sites préférés

· webcomores
· corruptionzero
· JOCOMORES
· LEMOHELIEN.COM
· NARAGARILWA
· MLIMADJI
· HZK
· FIGARO
· Clicanoo
· Alwatwan


Statistiques

Date de création : 15.05.2009
Dernière mise à jour : 15.09.2014
5852articles


Photos

Le souverain aux poches vides à Moroni ce soir !!!!

Publié le 15/09/2014 à 15:25 par ridja Tags : monde homme société cadre
Le souverain aux poches vides à Moroni ce soir !!!!
Flash Info
 
Selon le premier cercle  du souverain aux poches vides, Shemir Kamoula, actuellement en cavale à Madagascar pour fuir la colère des banques, de l’administration douanière et fiscale, en même temps que les associés de la société NICOM qu’il a tous arnaqués, son retour discret est prévu pour ce soir à  20 h 45 à Moroni.
 
 
Tous ses bagages sont déjà prêts et ses acolytes s’en occupent pour les faire partir du pays, destination inconnue. Au domicile de Shemir, tout le monde pleure, le visage serré, et ses complices n’arrêtent pas de faire des allers-retours. Les députés qui l’ont poussé dans  sa tombe, des magistrats complices, et de hauts fonctionnaires mafieux, évitent une visite dans la journée pour fuir l’opinion.
 
 
Tous se trouvent le soir assis les uns aux côtés des autres pour établir une nouvelle stratégie de déstabilisation. Mais, ce n’est qu’un feu de paille quand on connait le degré du mal que cet homme a fait à notre pays.
 
 
En tout cas, la tâche n’est pas facile pour Shemir même si au sein de la société en faillite au quelle il est répudiée, s’est dégagée une dynamique de vouloir le ressusciter, une peine perdue selon un haut cadre de la société.   

LE BOXEUR MOUIGNI MACHAKA DECLANCHE UNE BAGARRE

Publié le 15/09/2014 à 08:23 par ridja Tags : femmes vie homme roman france belle mort dieu
LE BOXEUR MOUIGNI MACHAKA DECLANCHE UNE BAGARRE
Le boxeur Mouigni Baraka déclenche une bagarre entre ses groupies et les citoyens
Quand le Gouverneur de la Grande-Comore et ses supporters se croient sur un ring
 
 
Par ARM
   Le Gouverneur Mouigni Baraka de la Grande-Comore s’est enterré vivant et politiquement ce dimanche 14 septembre 2014 à Aubervilliers, en Région parisienne. C’est à croire que Dieu a décidé de le châtier publiquement pour le mal qu’il fait aux Comores et aux Comoriens, au-delà de la seule île de la Grande-Comore, dont il a officiellement la charge. Et comment Dieu ne l’aurait-il pas puni si, pour assister aux cérémonies «Madjliss» des ressortissants de sa belle ville de Ntsoudjini et pour des meetings politiques complètement insipides, il a fait remplir un avion de ses partisans des Comores jusqu’en France, prenant la lourde responsabilité morale de faire financer des activités politiques scélérates sur fonds publics? Au surplus, alors qu’il est en France pour ses petites magouilles politiques qui n’intéressent que lui-même et sa rachitique clientèle politique, il se fait indemniser chaque jour par l’État comorien, exactement comme Mohamed Ali Saïd, Gouverneur sauvage de Mohéli, qui va faire son commerce privé à Dubaï mais tout en faisant financer ses activités commerciales par l’État. En effet, alors que le Gouverneur Mouigni Baraka se promène en France pour débiter des mensonges sur sa gouvernance ratée et pour sa capacité à diriger les Comores en 2016-2021, il se fait payer 500.000 francs comoriens par jour passé en France. C’est pareil pour ses accompagnateurs. En tout état de cause, ce dimanche 14 septembre 2014, le Gouverneur Mouigni Baraka, avec l’argent du peuple comorien est donc parti faire des salamalecs et des blablas à Aubervilliers. Il a été acclamé à son arrivée dans cette ville par des groupies payés pour ce faire, et l’assimilant à Dieu lui-même. Au moment où il allait prendre la parole dans la salle, de jeunes Comoriens ont brandi des papiers de format A4 sur lesquels ils ont écrit des petits messages innocents et pas insultants pour un sou, pour rappeler au premier magistrat de la Grande-Comore quelques réalités de mal-vivre aux Comores et pour lui poser des questions: «À quand le droit de vote pour la diaspora?», «On ne finance pas une campagne avec de l’argent public!», «Rilemewa» («Nous sommes fatigués» ou «Nous en avons marre»), «Sans eau, pas de vie», «Le boulot pour tous, c’est pour quand?», etc.
 
 
  Il faut que les gens nous disent s’il y a une seule injure dans les messages de ce type. Il n’y en a pas. Aucune injure. Aucune insulte. Aucune provocation. C’est un juste rappel des réalités amères dans lesquelles vivent tous les Comoriens, sur toutes les îles. Or, les groupies du Gouverneur Mouigni Baraka n’ont pas hésité à se déchaîner sur les trublions pacifiques, et les ont roués de coups jusqu’à casser quelques mâchoires. Ils ont malmené même des femmes, en les frappant à mort. Le Gouverneur Mouigni Baraka, mon frère le Député Djaé Ahamada Chanfi, Jawad Saïd Youssouf et les autres chefs du Parti RDC (personne ne sait ce que signifie ce sigle) ont laissé faire et ont même encouragé le passage à tabac des jeunes contestataires, parmi lesquels on retrouve Irchad Abdallah, «le Pape de Facebook», et d’autres membres les plus prometteurs et les plus talentueux de la jeunesse comorienne en France. Des mâchoires brisées! Pour des papiers A4 sur lesquels ne figure aucune injure. Et Mouigni Baraka, Djaé Ahamada Chanfi et Jawad Saïd Youssouf ont laissé faire et ont encouragé la barbarie. Et ces gens-là veulent diriger les Comores en 2016-2021? Voyons…
 
 
   Cette affaire est très grave parce qu’elle prouve que le Gouverneur Mouigni Baraka est un homme très violent, qui aime voir le sang couler, même quand il s’agit du sang de Comoriens. Cela prouve également que le Gouverneur Mouigni Baraka est entouré d’hommes et de femmes d’une violence inouïe, inutile, destructrice et stupide. Les Comoriens prennent acte de tout ça et attendent. Le moment venu, ils expliqueront à Mouigni Baraka qu’en France, il existe ce qu’on appelle «la liberté d’expression». Celle-ci permet aux gens de s’exprimer sans se faire tuer. Et quand on est un homme qui cherche à diriger un pays, on ne s’entoure pas d’excités qui ne savent s’exprimer que par des coups de poings. Quand on veut diriger un pays, on n’encourage pas les gens à taper sur les autres. Ce qui est arrivé à Aubervilliers n’est pas une affaire de Grands-Comoriens, mais une affaire comorienne. Elle nous concerne tous. La seule erreur commise par nos frères et sœurs qui sont partis afficher les messages sur papiers A4 à Aubervilliers, c’est qu’ils n’ont pas alerté des Comoriens au-delà de la communauté de la Grande-Comore en France. Ce dimanche 14 septembre 2014, j’avais 1.000 choses à faire. Mais, si mon frère Irchad Abdallah et les autres frères et sœurs m’avaient dit qu’ils allaient faire passer des messages par papiers A4, j’aurais tout arrêté pour être à Aubervilliers. Et si les gens de Mouigni Baraka m’avaient fracassé la mâchoire, j’en aurais tiré une immense fierté. C’est mon frère Djaé Ahamada Chanfi qui m’aurait indiqué aux fanatiques, en leur demandant de taper très fort sur ma tête pour me tuer carrément afin de débarrasser les Comores d’un trublion. Ça aurait été une belle mort.
 
 
www.lemohelien.comLundi 15 septembre 2014.

MEETING DU GOUVERNEUR MOUIGNI MACHAKA

Publié le 14/09/2014 à 21:56 par ridja Tags : centerblog image vie france message

PLUS RIEN NE SERA JAMAIS COMME AVANT!

 

Les messages étaient simples, compréhensifs et compréhensibles de tous et par tous et pourtant...

Qui n'est pas d'accord que le pays ne pourra jamais économiquement s'en sortir sans une solution définitive pour sauver la Mamwe? Ce message était aujourd'hui le notre. (Cf la pancarte: SANS EAU PAS DE VIE !)

 

Qui n'est pas d'accord que le chômage des jeunes est un cancer pour notre pays? Ce message était aujourd'hui le notre (Cf la pancarte: LE BOULOT POUR TOUS C’EST POUR QUAND ?)

 

Qui n'est pas d'accord qu'à l'hôpital El-Maarouf les chances d'y laisser sa vie sont plus élevées que celles de guérir? Ce message était le nôtre aujourd'hui! (Cf la pancarte: NOS PROCHES MEURENT A EL MAAROUF PAR ERREUR MEDICALE !
NOS DIRIGEANTS S’EN FICHENT !)

 

Qui n'est pas d'accord qu'avant de venir faire des meetings en France, il faut aussi penser à notre droit de vote? Ce message était aujourd'hui le nôtre! (Cf la pancarte: A QUAND LE DROIT DE VOTE POUR LA DIASPORA ?)

 

Qui n'est pas d'accord que la situation socio-économique, la corruption érigée en système tuent ce pays que nous aimons et chérissons? (cf la pancarte: RILEMEWA)

 

Rien de plus qu'une action citoyenne et non violente dans un pays, la France, qui garantit la liberté d'expression et de manifestation.

 

Rien de plus que l'expression d'un ras le bol général partagé par tous et qui fait de nous des complices si nous la taisons.

 

Rien de plus que l'expression de notre mécontentement de citoyens par rapport à ce qu'il se passe dans le pays depuis bientôt 40 ans.

 

Rien de plus qu'une action légitime et pacifique réprimée par une violence inouïe de la part de certains sympathisants du gouverneur Mouigni Baraka.

 

Rien de plus qu'une démarche citoyenne de jeunes démocrates, soucieux de l'avenir du pays et qui a été accueillie par la violence dont, in fine, le gouverneur devient le complice; une action non dirigée uniquement vers ce dernier, mais appelée à se renouveler à l'endroit de tout responsable politique qui tiendrait meeting en France.

 

Le gouverneur et ses sbires ont démontré urbi et orbi qu'ils ne sont ni démocrates ni capables d'entendre la plainte des citoyens, a fortiori d'engager des échanges constructifs.

 

Parce que nous avons marre des problèmes qui n'ont cessé de s'accumuler depuis 40 ans, que nous sommes un certain nombre à avoir décidé et

 

d'agir sur le terrain à chaque meeting en France d'un leader ou responsable politique; c'est dire que l'action de ce jour n'était pas du tout hostile au gouverneur.

 

Cette banalisation de la violence, qui plus est de la part des entours du gouverneur, augure mal de la capacité de ce dernier de nous entendre et le disqualifie définitivement pour les échéances futures. Liberté, nous chérirons toujours ton nom!

 

Irchad Abdallah

Facebook

La réunion du Gouveneur Mouigni à Paris ce 14 sept

Des Discours, des Pancartes, des Emeutes et des Blessées


HUMANICOM TOUJOURS EN ACTION !!!

Publié le 14/09/2014 à 12:03 par ridja Tags : enfants
HUMANICOM TOUJOURS EN ACTION !!!

 

HUMANICOM toujours en action

 

 HUMANICOM DANS LE HAMAVOU POUR LEVER DES FONDS

 

Le week end dernier les membres de l’association HUMANICOM se sont mobilisés pour LEVER des fonds en vue d évacuer d’autres enfants malades.

 

Nous félicitons le Dr Nadjwa  Abbas et toute l’équipe pour tous ces efforts de ce patriotisme...

 

HUMANICOM A LA RECHERCHE DE FONDS POUR L'EVACUATION

Publié le 14/09/2014 à 09:27 par ridja Tags : roman photo image centerblog enfants france 2010 concours
 HUMANICOM A LA RECHERCHE DE FONDS POUR L'EVACUATION

 URGENT URGENT URGENT !!!

 Dr NADJWA : SON COMBAT POUR SAUVER LES ENFANTS MALADES

L'Association HUMANICOM à la recherche de fonds pour l'évacuation d'enfants malades.

 

 

L'association HUMANICOM, qui pour rappel, lutte pour les enfants malades du cœur et ceux ayant la malformation, s'est engagée à faire évacuer 17 enfants dont les cas ont été diagnostiqués critiques par des médecins venus de France, partenaires de l'association.

 

 

 

Trois convoyages ont ainsi déjà été réalisés, soit 9 enfants évacués. Le nombre s'élève donc à 10 avec l'évacuation de la petite Hizba.

Humanicom a réalisé la dixième évacuation sanitaire

HUMANICOM, qui travaille avec des associations françaises (Mécénat Chirurgie Cardiaque et Espoir pour un Enfant), s'engage à faire évacuer les enfants en France là où ils bénéficieront gratuitement des soins dont ils auront besoin et ce, grâce au concours de ces deux associations.

 

L’association humanicom crée en 2010, qui se donne comme objectif de sauvez les enfants qui soufre d’une maladie cardiaque.

Le rapport sur l'utilisation des mercenaires aux Comores

Publié le 14/09/2014 à 08:16 par ridja Tags : centerblog homme bonne roman société travail création cadre
Le rapport sur l'utilisation des mercenaires aux Comores

 

Le Groupe de travail des Nations Unies sur l’utilisation de mercenaires comme moyen de violer les droits de l’homme et d’empêcher l’exercice du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes a présenté son rapport au Conseil des droits de l' Homme, le mercredi 10 septembre 2014 à Genève. Ce Groupe de travail s’était rendu aux Comores du 7 au 16 mai 2014, à l’invitation du Gouvernement comorien. Conformément à son mandat, le Groupe de travail a recueilli des informations sur les activités liées au mercenariat et sur celles des sociétés militaires et de sécurité privées, notamment en ce qui concerne leur incidence sur la jouissance des droits de l’homme. Malgré les avancées réalisées par les Comores depuis le début des années 2000, le Groupe de travail a pris note, dès le début de sa visite, du passé difficile et mouvementé du pays depuis son indépendance en 1975. La succession de coups d’État instigués par des mercenaires et l’instabilité politique qui a régné au cours des trois décennies suivantes ont empêché le pays de se développer sur les plans politique, économique et social.Le renversement des gouvernements successifs par des mercenaires et le manque de stabilité ont fortement entravé le droit du peuple comorien à l’autodétermination. L’instabilité politique a également entravé la réalisation de l’unité nationale des Comoriens

 

Par conséquent, la société comorienne est fragmentées et les institutions de l’État sont fragiles et ne sont pas en mesure de répondre adéquatement aux besoins de la population. De plus, le fait que l’expérience de la démocratie aux Comores soit récente fait que celle-ci demeure à ce jour fragile. Cependant, malgré les immenses obstacles auxquels les Comores ont dû faire face, le Groupe de travail a constaté des évolutions positives qui ont permis une relative stabilité dans le pays.

 

En ce qui concerne les sociétés de sécurité privées, le Groupe de travail note que la présence de ressources naturelles aux Comores saura potentiellement attirer les investissements des entreprises multinationales de l’industrie extractive, lesquelles font souvent appel aux sociétés de sécurité privées pour protéger leurs installations. La probabilité d’une augmentation des sociétés de sécurité privées aux Comores et les préoccupations actuelles relatives aux questions de frontières maritimes exigent la mise en place d’une règlementation appropriée pour répondre à ces questions

 

Dans ses conclusions et recommandations, le Groupe de travaila pris note, dès le début de sa visite, du passé difficile et mouvementé du pays depuis son indépendance en 1975. Malgré la présence réelle et prolongée de mercenaires dans le pays, le Groupe de travail regrette de n’avoir pas pu recevoir des informations écrites sur les diverses questions abordées, notamment sur l’histoire du mercenariat. Le Groupe de travail a noté que l’ère du mercenariat fut une période douloureuse dans l’histoire des Comores et que le manque de données historiques n’est pas seulement une conséquence de la tradition orale, mais s’explique également par la réticence du Gouvernement et de la population comorienne à faire face au passé et aux difficultés qui y sont liées. Le Groupe de travail reconnaît les effets profondément négatifs et interdépendants du mercenariat, du séparatisme et de la question de Mayotte sur les droits humains des Comoriens. Les auteurs des violations passées des droits de l’homme, notamment les mercenaires et les responsables politiques de cette époque, n’ont pas été traduits en justice pour ces actes créant ainsi une culture de l’impunité. L’absence de système judiciaire solide et adéquat a contribué à l’impunité qui prévaut encore aujourd’hui. Cependant, malgré les immenses obstacles auxquels les Comores ont dû faire face, le Groupe de travail a constaté des évolutions positives qui ont permis une relative stabilité dans le pays. Le Groupe de travail se félicite de la création de la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés. Malgré le manque d’investissements étrangers dans le pays, la présence de ressources naturelles saura potentiellement attirer les investissements des entreprises multinationales de l’industrie extractive, lesquelles font souvent appel aux sociétés de sécurité privées pour protéger leurs installations. La probabilité d’une augmentation des sociétés de sécurité privées aux Comores et les préoccupations actuelles relatives aux questions de frontières maritimes exigent la mise en place de règles juridiques appropriées pour répondre à ces questions.

 

 

À la lumière de ce qui précède, le Groupe de travail a formulé plusieurs recommandations à l'endroit du Gouvernement comorien :

 

·La bonne gouvernance est essentielle pour permettre aux Comores de réaliser des progrès et un développement important. Le Gouvernement est invité à se concentrer sur les actions et les mesures qui visent à promouvoir et à renforcer la démocratie et le respect des droits de l’homme. Ceci peut en outre être amélioré par le renforcement des institutions multisectorielles telles que la justice, la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés, la Commission anti-corruption et le secteur de l’application des lois;

 

·Une meilleure coordination entre les institutions étatiques ainsi qu’avec la société civile est nécessaire et essentielle au renforcement des infrastructures nationales, à l’amélioration du partage des connaissances, à la transparence dans la gestion publique et à l’augmentation des efforts collectifs pour promouvoir et protéger les droits humains;

·La formation et le renforcement des capacités en matière de droits de l’homme doivent être promus et étendus à tout l’exécutif, au législatif et au judiciaire ainsi qu’à la société civile. Une formation appropriée fait gravement défaut dans de nombreuses institutions telles que la police et le secteur judiciaire. Le Groupe de travail réaffirme l’importance de fournir des formations judiciaires qui intègrent aussi les normes relatives aux droits de l’homme;

·Des institutions robustes et une législation solide selon les principes de l’état de droit peuvent effectivement réduire les vulnérabilités face au mercenariat et aux coups d’État potentiels. Pour ce faire, le Gouvernement doit adopter une position ferme contre l’impunité en renforçant la législation en vigueur. En effet, le mercenariat n’est pas spécifiquement interdit par la loi comorienne. Le projet de code pénal contient des dispositions relatives aux crimes contre la sûreté de l’État. ;

·Afin de garantir l’indépendance du pouvoir judiciaire et l’accès à une justice efficace, le Groupe de travail exhorte le Gouvernement à abolir la Cour de la sûreté de l’État qui semble fonctionner sur une base ad hoc et à recourir à une cour pénale ordinaire pour juger les affaires relevant des infractions liées à la sécurité nationale;

·En ce qui concerne la justice pénale, le Groupe de travail s’inquiète du fait que des aveux non corroborés puissent constituer une preuve pour déclarer la culpabilité des personnes arrêtées. À cet égard, il souligne qu’il importe que les informations obtenues dans le cadre de l’aveu soient vérifiées de manière adéquate durant la phase d’investigation. Il recommande également la formation adéquate des personnes responsables de l’application des lois qui entreprennent des enquêtes criminelles. Le Groupe de travail souligne que le recrutement de spécialistes tels que des médecins légistes est nécessaire pour assurer l’accès à une justice efficace. Il recommande à cet égard la mise en place d’une section de police technique et scientifique ainsi que des expertises médico-légales pour s’assurer que l’aveu ne constitue pas un moyen de preuve qui fasse foi par lui-même et pour éviter les erreurs judiciaires. Le Groupe de travail souligne également qu’il est essentiel de garantir les droits des détenus au cours de l’obtention des aveux;

·Le Groupe de travail recommande au Gouvernement et au peuple comoriens d’initier un travail de documentation de l’ère du mercenariat afin d’établir le lien entre le passé et ses conséquences actuelles qui entravent le développement du pays. Cette initiative peut aider à mieux comprendre les effets de la déstabilisation du pays par les mercenaires et à empêcher que l’histoire ne se répète;

·Le Groupe de travail recommande que la lumière soit faite sur les responsabilités supposées des puissances étrangères dans le rôle joué par les mercenaires, notamment Bob Denard et ses alliés, dans l’histoire des Comores;

·Le Groupe de travail invite le Gouvernement et les États concernés dont sont originaires les mercenaires à améliorer la coopération et le libre échange d’informations pour faciliter les enquêtes sur les activités de mercenariat et rapidement traduire les responsables en justice. Cela permettrait également de renforcer les mesures de lutte contre l’impunité et de répondre aux difficultés liées aux enquêtes transfrontalières qu’implique souvent le mercenariat;

·En ce qui concerne les personnes détenues en relation avec les événements d’avril 2013, le Groupe de travail demande au Gouvernement de veiller à ce que les détenus soient jugés rapidement et à ce que toutes les garanties judiciaires en vertu du droit international des droits de l’homme leur soient accordées.

 

Comoresdroit

Les patrons et consommateurs haussent le ton

Publié le 14/09/2014 à 07:04 par ridja Tags : pub société photo femmes
Les patrons et consommateurs haussent le ton


Les patrons et consommateurs haussent le ton

Les patrons et consommateurs haussent le ton

 
 
 

A l’issue d’une réunion initiée mardi dernier par le Mouvement Des Entreprises Comoriennes (MODEC) et la Fédération des Consommateurs Comoriens (FCC) sur « la grave crise énergétique qui sévit dans le pays », la société civile et le patronat dénoncent « l’indifférence des autorités » et appellent à « reconstruire la Ma-mwe ».

Une dizaine d’organisations de la société ont rappelé avoir, à plusieurs reprises, rencontré les autorités étatiques afin de « trouver une solution à ce problème récurrent qui détruit l’économie du pays et ruine le consommateur ». Elles ont déploré l’inaction du gouvernement qui serait « resté sourd » face à leurs revendications et « indifférent aux souffrances de la population ».

 

Dans ce communiqué conjoint, les associations signataires ont indiqué avoir prévu de rencontrer « dans les jours à venir, les différents responsables des organisations de la société civile, les notables et les représentants des villages, afin que tous ensemble, nous nous mettions d’accord sur les actions à tenir ». « Des actions qui se tiendront dans nos villages respectifs mais aussi dans la capitale fédérale. Nous ne pouvons accepter d’être encore et toujours privés des besoins élémentaires que sont l’eau et l’électricité », ont annoncé les organisations.

 

« Ce mouvement pourrait s’étaler dans la durée et ce, jusqu’au jour où l’Etat qui est notre seul interlocuteur, se décidera à restructurer la Ma-mwe pour qu’elle soit capable de nous fournir régulièrement l’eau et l’électricité », ont conclu les signataires de ce communiqué parmi lesquelles l’Association des sages-femmes de Ngazidja, la confédération des travailleurs comoriens (CTC), la fédération comorienne des consommateurs (FCC), la fédération comorienne des organisations de la société civile (FECOSC), Homoplumes, le Mouvement des entreprises comoriennes (MODEC), le Réseau jeunes et l’association Ngo’shawo.

 

A.A. Hamdi

HZK

A 380 : MAL DE L'AIR ET PERDIEM

Publié le 13/09/2014 à 16:25 par ridja Tags : france afrique image centerblog air
A 380  : MAL DE L'AIR ET PERDIEM

Air Iki: Mal de l'air et Perdiem!

Le président IKI est attendu à ce jeudi 11 septembre pour quelques jours de TRANSIT à Moroni avant de s'envoler pour les Etats-unis.

 

Un accueil chaleureux lui est reversé à l'Aéroport de Hahaya. Il faut bien en pro...fiter car le chef suprême des armées va se reprendre l'avion lundi 15 septembre direction les States.

 

En deux mois, IKI aura seulement passé 5 jours aux Comores. 7 jours aux Etats-unis (sommet USA-Afrique) et dans la foulée, un crochet en France pour 2 semaines vacances. Ensuite, 2 semaines au Samoa (sommet des Petits Etats insulaires en développement et plus vacances).

 

Et 2 semaines aux Etats-unis (Conférence des nations unies), plus bien sûr un petit séjour en France. Tant pis pour le trésor public! Son Excellence a-t-il compris que sa présence ou son absence au pays ne signifiait rien?

 

Toyb Ahmed

Facebook

inconsolables depuis qu'ils ont perdu leur chef !!!

Publié le 12/09/2014 à 22:12 par ridja Tags : voyage livre argent dieu mort photo roman monde maroc image centerblog horreur
 inconsolables depuis qu'ils ont perdu leur chef !!!
Photo: Nono, journaliste ORTC
 
En pleurs, de Députés et journalistes bientôt au chevet de Shemir Kamoula à Mada
 HASSAN 2 DEGAGE : LES LETTRES DE TROP
Les shemiristes, inconsolables depuis qu’ils ont perdu leur chef et leurs émoluments
 
 
Par ARM
 
   Même si on ne le dit pas haut et fort, c’est la consternation dans les rangs des shemiristes? Les «shemiristes», c’est quoi ça encore? Les shemiristes sont les Comoriens qui, pendant les années fastes de Môssieur Shemir Kamoula, ont été allaités par son sein «généreux», sur un budget de 30 millions de francs comoriens par mois, que COFIPRI vient de découvrir avec horreur et consternation. Soyons sports! Soyons justes! Qui dans le monde d’aujourd’hui, et même dans celui d’hier et de demain vivrait bien quand il voit qu’on lui retire subitement le pain de la bouche? Personne. Évitons l’hypocrisie: personne ne l’accepterait. Seulement, il y a ceux qui savent dire: «Mektoub, c’était écrit sur le Grand Livre du Destin, et je n’y peux rien car c’est Dieu qui a décidé», et il y a ceux qui disent, comme dans la fameuse publicité: «Je l’aurais, je l’aurais un jour». À l’heure qu’il est donc, à Moroni et à Iconi, ça ne va pas. Oui, ça ne va pas. C’est mieux dit en darija du Maroc: «Ma-çavache». En effet, depuis qu’il est définitivement acquis que Môssieur Shemir Kamoula est bel et bien «tombé sur ce qui n’a pas été épluché», ses orphelins de la période faste n’ont pas cessé de pleurnicher. Parfois à chaudes larmes. Dans un geste désespéré, ils se sont même mis en tête la folle idée qu’ils doivent organiser une «cellule de crise». L’expression elle-même, galvaudée, fait rire parce qu’on n’a jamais vu une «cellule de crise» qui a ramené un mort de l’au-delà. Et la fameuse «cellule de crise» n’est pas constituée des meilleurs fils qu’ont eus les Comores, bien au contraire. En effet, elle ne comprend que des demi-sels et de la petite bière: «Nono» de l’ORTC-TNC (aujourd’hui sous contrôle judiciaire), le mercenaire Madi Moindjié du journal Al Fajr, et «Félix», de Djabal Télé. Seulement, après avoir débattu pendant des heures et des heures, les trois lascars shemiristes ont dû reconnaître que sur le plan médiatique, il n’y a aucun moyen de sauver leur chef, Môssieur Shemir Kamoula. C’est alors que «Nono» a eu l’idée du siècle: un voyage de compassion et de condoléances au chevet de Môssieur Shemir Kamoula à Antananarivo, Madagascar.
 
 
  Ça sera également l’occasion de lui demander des consignes sur la marche à suivre. Et pour éviter les frictions entre shemiristes, il est convenu d’inclure dans la délégation tous les Députés qui ont été allaités par le sein de Môssieur Shemir Kamoula:Abdoulfattah Saïd Mohamed, Bianrifi Tarmindhi, Hassan Ali Tabibou, Antoisse Mohamed Ibrahime, Latuf Abdou et Attoumane Allaoui. Naturellement, le Grand Mufti de la République ne pouvait accepter de faire partie de cette fine équipe qui va devoir partir à Madagascar. Trop voyant! Il s’est placé en pleine maladie diplomatique. Nos Députés sont en train de s’inventer une mission bidon à Madagascar, pour pouvoir s’y rendre sans avoir à s’expliquer. Une mission bidon aux frais de la Princesse. L’État. L’État comorien. Le seul et l’unique État comorien. Pendant que la fine équipe broie du noir, la Banque de Développement des Comores (BDC) et la Banque pour l’Industrie et le Commerce (BIC) sont sur les dents au sujet de l’inimitable Môssieur Shemir Kamoula, qui se terre toujours à Madagascar. Or, les fournisseurs de NICOM, qui n’ont pas vu la couleur de leur argent, attendent toujours le moment où ils pourraient récupérer leurs fonds. Et ces fournisseurs sont des Blancs, donc des gens intraitables quand il s’agit de leur argent.
 
  En tout état de cause, d’ici au lundi 15 septembre 2014, ceux qui n’ont pas encore saisi pourquoi il faut parler des méfaits de Môssieur Shemir Kamoula comprendront tout quand nous aurons mis en ligne la vidéo montrant ses garçons de course et de café humilier le Vice-président Mohamed Ali Soilihi à l’Assemblée de l’Union des Comores, jusqu’à lui faire dire dans un ton d’immense déception et de honte: «C’est vraiment ce qu’est devenu le Palais du Peuple?». Quand les uns et les autres auront vu cette vidéo, ils nous diront en ce moment s’il faut accorder le pardon au Parrain et commanditaire Môssieur Shemir Kamoula et à ses Députés de récupération qui ont humilié tout un État, toute une nation et toute une République devant les caméras de la télévision. «Rira bien qui rira le dernier».
 
 
 
www.lemohelien.com – Vendredi 12 septembre 2014.
 

Les dirigeants blancs de COFIPRI me déshabillent !!

Publié le 12/09/2014 à 22:07 par ridja Tags : société monde roman
Les dirigeants blancs de COFIPRI me déshabillent !!
«Les dirigeants blancs de COFIPRI me déshabillent, et les blogs locaux me font mal»
 
Dans son exil malgache, Shemir Kamoula pleurniche, et Ali Mzé ne fait pas l’unanimité
 
Par ARM
 
 Finalement, et de manière implicite, Môssieur Shemir Kamoula reconnaît que tout ce qui s’écrit sur lui sur la blogosphère comorienne est vrai et fondé. Sa seule erreur, c’est qu’il croit que c’est COFIPRI qui a lancé une cabale médiatique contre lui, alors qu’aux Comores tout finit par se savoir. Aux rares personnes qui jugent encore utile de l’appeler, il dit: «Les dirigeants blancs de COFIPRI me déshabillent, et les blogs locaux me font mal. Ces gens-là me font plus de mal que mon ennemi habituel, la Société AGK». En disant que c’est COFIPRI qui balance des informations sur son auguste personne, Môssieur Shemir Kamoula reconnaît donc la véracité de l’information sur sa chute du tomatier, considérant que l’information vient des entrailles de l’entreprise devenue majoritaire au sein de «son» ancienne société et qui l’a renvoyé de la Direction de NICOM pour fautes professionnelles très graves. Et comme il fallait s’y attendre, ses déboires professionnels ont entraîné des conséquences très graves sur son entourage, dont un membre éminent est sous perfusion dans un Hôpital à Paris, pour traumatisme et choc émotionnel. Ce n’est pas bon, ça. En même temps, le Foumbounien Ali Mzé, son successeur à la tête de NICOM, ne fait pas l’unanimité ou plutôt fait l’unanimité contre lui. Ceux qui le connaissent n’ont que trois mots pour le décrire: «Frivole, frimeur et dépensier». Il se sait désormais en sursis et indésirable. Il évite tout le monde, sans doute par peur de contamination. Il sait qu’il ne va pas faire long feu à la tête de NICOM, puisque sa tête personnelle est déjà réclamée par ceux qui considèrent qu’il n’est pas de taille à diriger une entreprise littéralement mise en faillite par Môssieur Shemir Kamoula avant sa fuite précipitée vers Madagascar. Donc, tout est à refaire, et dans les prochains jours, personne ne sera étonné d’apprendre que l’ami Ali Mzé est viré par-dessus bord. Et, il ne faut pas se faire des illusions sur le «bon cœur» des dirigeants blancs de COFIPRI, qui veulent juste récupérer leurs billes au lieu de perdre leur temps dans des petites histoires exotiques.
 
 
 

DERNIERS ARTICLES :
Le souverain aux poches vides à Moroni ce soir !!!!
Flash Info   Selon le premier cercle  du souverain aux poches vides, Shemir Kamoula, actuellement en cavale à Madagascar pour fuir la colère des banques, de l’administrat
LE BOXEUR MOUIGNI MACHAKA DECLANCHE UNE BAGARRE
Le boxeur Mouigni Baraka déclenche une bagarre entre ses groupies et les citoyens Quand le Gouverneur de la Grande-Comore et ses supporters se croient sur un ring     Par
MEETING DU GOUVERNEUR MOUIGNI MACHAKA
PLUS RIEN NE SERA JAMAIS COMME AVANT!   Les messages étaient simples, compréhensifs et compréhensibles de tous et par tous et pourtant... Qui n'est pas d'accord que le
HUMANICOM TOUJOURS EN ACTION !!!
  HUMANICOM toujours en action    HUMANICOM DANS LE HAMAVOU POUR LEVER DES FONDS   Le week end dernier les membres de l’association HUMANICOM se sont mobilisés pour LEVER
HUMANICOM A LA RECHERCHE DE FONDS POUR L'EVACUATION
 URGENT URGENT URGENT !!!   L'Association HUMANICOM à la recherche de fonds pour l'évacuation d'enfants malades.     L'association HUMANICOM, qui pour rappel, lutte pour
forum