IKI :MOINS 8 MOIS À BEIT SALAM
NON AU COUP D'ETAT INSTITUTIONNEL

Thèmes

afrique amis annonce argent article background belle blog bonne cadre cadres carte

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· ARTICLES (160)
· COMMENTAIRES (2)
· COMMUNIQUES (0)
· CULTURE (0)
· DECES (2)
· ETUDIANTS (0)
· FEDERATION D'ANJOUAN (0)
· FEDERATION D'EGYPTE (0)
· FEDERATION DE LA REUNION (0)
· FEDERATION DE MAYOTTE (0)
· FEDERATION DE MOHELI (0)
· FEDERATION DE NGAZIDJA (0)
· FEDERATION GUINEE CONAKRY (0)
· FEDERATION LYON (0)
· FEDERATION MAROC (0)
· FEDERATION MARSEILLE (0)
· FEDERATION MAURICE (0)
· FEDERATION PARIS (0)
· FEDERATION SENEGAL (0)
· HISTORIQUE (0)
· HOMMAGE A DR KASSIM (2)
· INTERVIEW (1)
· JUSTICE POUR LES VICTIMES DU YEMENIA (1)
· LES LIVRES PUBLIE PAR SAID LARIFOU (2)
· MOHELI 2010 (0)
· NOTRE PROGAMME (2)
· PHOTOS (0)
· PLAINTE : SOUSCRIPTION NATIONALE (0)
· PLAINTE :CRIMES ECONOMIQUES (0)
· PRESENTATION DE NOTRE PRESIDENT (0)
· PRESIDENT DU RIDJA SAID LARIFOU (0)
· SG ABDOU SOIMADOU (0)
· VIDEOS (4)

Rechercher
Derniers commentaires Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Articles les plus lus

· EMIRATES DE RETOUR AUX COMORES ?
· Un homme dévore le sexe de sa femme à Anjouan
· IMANY, ARTISTE MUSICIENNE ORIGINAIRE DES COMORES
· Ces zarabes qui bâtissent la Réunion
· La côte d'ivoire sur le sentier de la guerre

· Le parti RIDJA investit les places publiques
· RAPPORT MEDICAL
· DEBAT : OUATTARA c/ GBAGBO
· REGLEMENT DE COMPTES OU ASSASSINAT?
· MOHELI 2010
· SCANDALE AU SOMMET DE L'ETAT: La lettre qui accuse Mamadou
· Ridja : La visite de SAMBI n'a rien d'officielle
· AL-FAJR : COMME DANS UN RÊVE !
· Match amical:"Comores-OM"
· LA FAMILLE D'AKHIM KARI PLEURE SON FILS AÎNE

Voir plus 

Blogs et sites préférés

· foumbounigomi
· webcomores
· CENI
· JOCOMORES
· LEMOHELIEN.COM
· MLIMADJI
· HZK
· FIGARO
· Clicanoo
· Alwatwan


Statistiques

Date de création : 15.05.2009
Dernière mise à jour : 23.05.2015
5987 articles


Photos

Saminya a été limogée de ses fonctions de rédactrice

Publié le 23/05/2015 à 08:28 par ridja Tags : image centerblog gif moi monde background bonne chez article travail mode signature rouge

Saminya Bounou a été limogée de ses fonctions de rédactrice en chef du journal Alwatwan, pour « désaccord avec la hiérarchie ». La décision a été signée hier à Moroni par le directeur du quotidien gouvernemental, Mohamed Abdou Soimadou.

 

 

« Madame Saminya Bounou est suspendue de ses fonctions de rédactrice en chef du journal Alwatwan pour faute lourde, manquement à ses obligations et désaccord avec la hiérarchie ».

 

Même lieu, même formule, le directeur du journal Alwatwan sévit encore. Et renvoie Saminya Bounou sans aucune forme de procès. Parce que Madame la rédactrice en chef a toujours refusé de se soumettre aux desiderata d’un directeur qui se croit obligé de censurer les journalistes et s’opposer à ceux d’entre eux qui ne sont pas dans la ligne gouvernementale. Comme lui.

 

La phrase, lapidaire et bien rodée chez son auteur, est assez connue. Elle a déjà servi contre le journaliste Ahmed Ali Amir par le passé. Bien rangée dans les archives de la mémoire de M. Soimadou, il l’a sortie aujourd’hui pour sévir contre sa rédactrice en chef, en mode ‘‘copier-coller’’.

 

Quand il avait suspendu Ahmed Ali Amir, Aboubacar Mchangama avait diffusé l’information en ces termes : « c’est par cette petite phrase de la taille de son auteur… ». La formule n’avait pas eu l’air de lui plaire. Il était fâché, rouge. Je ne la reprends donc pas ici, craignant d’éveiller la colère du patron du canard.

 

« La rédaction d’Alwatwan qui dispose du droit d’élire le rédacteur en chef s’élève contre cette décision qui viole expressément le règlement intérieur du journal », lit-on dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, hier en fin d’après-midi par les journalistes qui ont annoncé « 72 heures d’arrêt de travail ».

 

La décision, entrée en « vigueur à partir de sa date de signature », a laissé la rédaction sans voix car sans chef. Le directeur d’Alwatwan, désemparé, a informé les journalistes qu’il assure aussi les fonctions de rédacteur en chef. Il nous rappelle des temps anciens et ailleurs où le ministre de l’information était le directeur de publication de ces genres de journaux.

 

Soulignons que dans une note dite d’observation du 19 mai dernier, M. Soimadou avait averti qu’il allait sévir. Il avait reproché à ‘‘ses journalistes’’ de n’avoir pas défendu la position du gouvernement en soutenant un ministre qui avait juste fait le service minimum et qui fut très peu à la hauteur pour répondre aux journalistes lors d’une conférence de presse.

 

Commentaire

 

Les raisons du limogeage de Saminya Bounou sont à chercher ailleurs. Pas dans un compte-rendu d’une conférence de presse d’un ministre. Toujours dans le journalisme de papa, le directeur ne voit pas évoluer les choses et le monde. Il croit encore que ce qui se passe aux Comores ne saurait être connu qu’à travers Alwatwan. Pour lui, il suffirait qu’il dise la bonne parole pour que le web s’enflamme en faveur du régime. Je sais, pour finir, ce que certains voudront voir en cet article. Mais je les laisse penser ainsi, dans leur stupidité. Je suis journaliste. Saminya l’est. C’est une consœur. Me battre avec elle contre les prédateurs de la liberté de la presse est une obligation pour tout journaliste. Pour tout individu épris de liberté. Et donc pour moi. C’est tout.

 

HZK

AHMED DJAFFAR CONTRE - ATTAQUE

Publié le 23/05/2015 à 08:08 par ridja Tags : background photo

 

A la Cour Constitutionnnelle, et à elle seule de valider ou non, la candidature du Président Sambi<< Ahmed djaffar >>

ÉLECTIONS DES GOUVERNEURS: AHMED DJAFFAR EST CANDIDAT

Publié le 22/05/2015 à 09:07 par ridja Tags : femmes société pouvoir cadres image gif background

Le candidat au poste de gouverneur de l'île d'Anjouan , a donné le coup d'envoi de sa campagne électorale à Paris le 16 mai 2015  . À suivre .....

 

 

SAMBI :JE SUIS OFFICIELLEMENT CANDIDAT EN 2O16

Publié le 21/05/2015 à 19:10 par ridja
SAMBI :JE SUIS OFFICIELLEMENT CANDIDAT EN 2O16

Je suis officiellement candidat en 2016 à la présidence de l'Union. Et à Ikililou Dhoinine et à son gouvernement je leur dirai que c'est avec la même détermination qu'au moment d'aller débarquer à Anjouan, que je présenterai ma candidature à ces présidentielles de 2016."

Ahmed Abdallah Mohamed Sambi

PROCÈS EN APPEL DE LA TÊTE DE COCHON

Publié le 21/05/2015 à 16:37 par ridja Tags : background news png image gif revenu france femme internet nuit femmes voiture couple
PROCÈS EN APPEL DE LA TÊTE DE COCHON

 

Procès en appel de « la tête de cochon » : doucement, la page se tourne

 

Le procès en appel de l’affaire de « la tête de cochon » se tenait ce jeudi matin à Mamoudzou, en l’absence des trois principaux protagonistes. Le jugement a été mis en délibéré au 9 juillet.

 

Il faudra attendre le 9 juillet pour connaître le jugement en appel de l’affaire dite de « la tête de cochon ». Le délibéré sera donc rendu en plein mois du ramadan, dans un dossier où s’entremêlent la religion, la tolérance, le racisme mais aussi la bêtise.

En première instance, le jugement avait surpris par sa fermeté. Les deux femmes mises en cause avaient écopé de 9 mois de prison dont 3 ferme. Le militaire, conducteur de la voiture, avait été condamné à 6 mois avec sursis. Cette sentence avait été exemplaire car, selon les mots du procureur Garrigue, c’était alors la première fois qu’une profanation de mosquée était jugée en France.

Retour sur le réveillon de la bêtise

 

Le tribunal est donc revenu sur cette nuit de réveillon de la Saint Sylvestre 2013. La femme d’un légionnaire reçoit 23 mis autour de deux cochons grillés à la Tahitienne, « et de dizaines de verres de rosé-pamplemousse et autant de vin ». Durant cette soirée à l’ambiance est peu subtile, elle lance l’idée de déposer une tête de cochon devant une mosquée de Labattoir, incitant un couple sur le départ à 4 heures du matin à relever le pari.


La carcasse est posée sur la rambarde de la mosquée et la femme qui l’installe photographie son geste. Elle postera ensuite le cliché sur les réseaux sociaux.

La déflagration est immense à Mayotte jusqu’à rassembler des milliers de personnes, calmes mais choquées, dans les rues de Petite Terre les jours suivants.

Un acte raciste

Me Ahamada et Me Larifou représentent les parties civiles, une association de Labattoir qui gère la mosquée et qui a pour objectif de promouvoir la religion musulmane mais également de « lutter contre l’intolérance en matière religieuse ».

« Cette association a porté la dignité de la population mahoraise et elle intervenue pour circonscrire la passion », explique Me Larifou. « Dans cette affaire, on ne veut pas la tête des prévenus. On est dans un territoire qui cherche des repères, culturels, intellectuels, juridiques aussi, un équilibre qui doit s’obtenir petit à petit ». Et pour les avocats, c’est précisément cette construction que cette affaire est venue perturbée, un « acte raciste » commis par des « personnes racistes ».

 

« C’est un geste qui pousse les gens à se replier sur eux-mêmes, un acte qui divise parce que l’intolérance divise, provoque la haine », a plaidé Me Larifou, ajoutant que les auteurs de ces faits « ont fait douté les Mahorais de leur adhésion aux valeurs de la République, et ça n’est pas admissible. »

 

Un état d’esprit

 

L’avocat général Le Pannerer a réaffirmé qu’il « n’y a aucune complaisance du parquet envers les gendarmes », justiciables comme les autres. Il est longuement revenu sur la qualification pénale du geste, le principal problème du dossier. Entre « violences » ou « provocation à la haine », il penchait pour le second : « On crée un état d’esprit, c’est insidieux, c’est délétère ». Il reprenait les réquisitions faites en première instance, même si le premier jugement est allé au-delà : 6 mois de prison avec sursis pour les 3 prévenus et 3.000 euros d’amende.

 

Pour sa dernière plaidoirie à Mayotte, Me Chauvin était chargé de défendre les absents, des chaises vides justifiées par des contraintes personnelles mais aussi par des inquiétudes quant à leur sécurité. Malgré les propos d’apaisement, « sur internet, on site leur nom et on leur promet autre chose que de l’apaisement », a-t-il fait valoir.

 

Un page en passe de se tourner

 

Il a débuté en regardant les responsables religieux présents dans la salle d’audience pour renouveler les excuses de ses clients, avant de démonter l’argumentation face à lui.


« On a parlé de choc psychologique, mais le seul témoin est passé à côté de la femme qui déposait la tête et il est allé faire sa prière. Ce n’est qu’après la prière qu’on a réagi et qu’on a jeté la tête dans la mangrove. »

 

Il s’est ensuite attaché à déconstruire la qualification. Provocation ? Mais elle n’aurait d’intérêt que pour les non-musulmans. Emblème ? Mais une tête de cochon n’est pas en elle-même un « emblème » raciste. Un lieu public ? Mais une mosquée n’est pas un lieu public. « On ne peut pas dire qu’ils ont rien fait. C’était une bêtise innommable. Mais la qualification et les jugements me semblent imparfait ». Il a demandé la relaxe de ses clients.

 

Pour Mohamed El Mamouni, le responsable de l’association religieuse, « la première décision a déjà permis de tourner la page. La justice est déjà passé », expliquait-il avant l’audience.
Lors du premier jugement, environ 80 personnes s’étaient rassemblées. Elles n’étaient qu’une poignée ce jeudi matin. La page semble effectivement en passe d’être tournée.
RR
Le Journal de Mayotte

21 mai 2015

AHMED ABDALLAH SAMBI EST CANDIDAT EN 2016

Publié le 21/05/2015 à 12:34 par ridja Tags : merci moi fond coeur travail histoire nature neige paysage pouvoir
AHMED ABDALLAH SAMBI EST CANDIDAT EN 2016
SAMBI TRIOMPHE À PARIS 
 
A-A-SAMBI, plébiscité par l'ensemble de l'opposition républicaine, pour conduire le front lors des prochaines élections présidentielles de 2016.

Une situation encore inimaginable il y a de celà quelques jours. EH bien le voile est tombé, le suspens est levé .Mais si vous voulez-bien ,attardons-nous un court instant ,pour déterminer le sens épistémologique de ce terme à la fois barbare que profondément scientifique, en décortiquant son origine pour mieux comprendre sa portée et son sens littéraire. 

Plébiscite par son origine vient du latin "plebiscitum"qui signe un décret du peuple rétabli dans sa pleine souveraineté totale. Y'a t-il dans la cité un acte fort de symbole puissant dans son essence et aussi irréversible qu'un décret émanent du peuple pour désigner son élu du coeur et de la raison ? 
J'en doute fort dans mon intime conviction .C'est devant une salle comble, dans le paris profond au coeur du chaudron de la capitale de la Gaulle que s'est tenu ce samedi 17 MAI 2015,un meeting historique par sa nature d'abord ,parce-qu'il venait sceller devant la communauté nationale prise à témoin son union sacrée ;une chose souvent rêvée mais jamais réalisée.

Aujourd'hui c'est chose faite .Deuxième aspect non négligeable de ce rassemblement, à huit mois des élections présidentielles, l'opposition républicaine a régler définitivement et publiquement un problème de taille ,celui d'une candidature unique en intronisant dans la ferveur son candidat qui n'est personne d'autre que A-A-SAMBI. 
Désignation faite à tour de rôle par l'ensemble des leaders composant le front républicain. On peut donc considérer que le débat à ce propos est clos et croyez-moi c'est n'était gagné d'avance car souvenez-vous dès que ce sujet hautement sensible est à l'ordre du jour et que l'on aborde cette épineuse question de candidature, c'est soulevé un lièvre de facto elle constitue un point de discorde et fait voler en éclat les unités de façades ,or celle-ci a survécu à l'événement plus surprenante encore en préservant sa cohésion et en renforçant sa détermination qui semble inébranlable.

Cette troisième génération dorée semble avoir évitée du moins jusqu'à là et effectue un parcours sans faute .Elle semble avoir tirée les leçons des erreurs répétitives commises par leurs aînés qui sont incontestablement à l'origines des échecs au long -court qui ont jalonnée le parcours mouvementé emprunté par notre pays depuis 1/2 siècle qui a abouti à sa ruine et son dislocation progressive.Une situation qui a nourrit la désaffection et le ressentiment croissant de notre peuple envers une classe politique considérée comme un vrai repoussoir qui a assistée impuissamant à une rétraction de sa confiance , qu'elle a vu fondre comme neige au soleil , réduit à un véritable peau de chagrin.En évitant ce piège et en franchissant cet obstacle ,cette génération a fait preuve d'une lucidité impressionnante , d'une part et d'une maturité politique précoce prometteuse mais surtout donnée un gage de sa volonté et de sa détermination à vouloir rompre avec une culture basée sur l'égocentrisme plus dangereux encore le culte de la personnalité qui a donné naissance au mal du siècle qui fut le plus ravageur et le )plus destructeur de notre beau pays , je veux nommer " la présidentialisme" quel fléau ///Enfin une nouvelle conception vient d'émerger qui s'articule autour de la préservation et de la défense des intérêts supérieurs de notre pays .C'est une remise en cause de fond en comble des vieilles pratiques archaïques et rétrogrades des temps révolus qui doivent désormais faire parties d'un passé triste que nous venons d'exorciser pour pouvoir aller de l'avant mettant le cap sur le redressement de notre pays. Au delà du nouveau recomposition du paysage politique national ,il nous faut souligner le changement radical de mentalité opéré par cette nouvelle génération qui apporte la preuve de sa capacité à transcender ses divergences à mettre de coté ses ambitions personnelles pour défendre et sauvegarder l'intérêt supérieur de la nation depuis ALI SOILIH MTSACHIWA je n'ai pas souvenir d'avoir constaté cela dans aucune circonstance MERCI IKILILOU au moins tu auras réussi l'impossible et nous ne te remercierons jamais assez un peux partir en paix. I

BRAHIM MOHAMED SOULE -FAHAMY SAID IBRAHIM- SAID LARIFOU -ACHIRAFI SAID HACHIM -ET- IDI NADHOIM viennent de fermer un cycle dont -on ne mesure pas à cet-instant la portée mais les générations futures entendront parler de ce fameux 17-MAI-2015 qui ouvre incontestablement une page nouvelle de l'histoire de notre pays pour les décennies à venir une page plus audacieuse, plus créative plus ambitieuse plus adaptée aux exigences du temps tout en s'appuyant sur les dures réalités de notre pays 

Toutefois si j'admets qu'un pas géant vient d'être acté qui permet à juste titre de ne pas perdre espoir et de conserver la foi ,je reste vigilent et en alerte sur la suite qui viendra couronner cette première étape. C'est pourquoi j'appelle à la mobilisation de toutes nos forces et à la concentration de toute nos équipes pour se remettre au travail en vue d'élaborer un programme commun de gouvernement qui fixera les priorités du moment de manière à agir d'une manière coordonner et programmer avec une stratégie maîtrisée et adaptée en dégagent les voies et les moyens de sa réalisation avec la mise en place d'un gouvernement de combat constitué d'une équipe de bâtisseur aguerri choisi sur la base' des critères de compétence , d'intégrité , d'expérience .Il ne sera plus possible de tâtonner et encore moins d'improviser un vaste chantier titanesque doit voir le jour en vu de reconstruire le pays dans toute sa dimension économique sociale politique et culturelle.

BON VENT A NOTRE PAYS ET QUE LES COMORES GAGNENT 

KAMAL ABDALLAH SALIM ( K- A – S) 

PORTE PAROLE DU COLLECTIF
POUR LA DEFENSE DE LA DEMOCRATIE
AUX COMORES

 

L'ALTERNANCE EST EN MARCHE, RIEN NE L'ARRÊTERA !

Publié le 21/05/2015 à 06:52 par ridja Tags : centerblog amis pouvoir
L'ALTERNANCE EST EN MARCHE, RIEN NE L'ARRÊTERA !

Les élections présidentielles et des gouverneurs qui doivent avoir lieu fin 2015, vont être décisives pour l’avenir des Comores. L’alternance inévitable qui verra le jour inquiète fortement  le régime en place. Ainsi, il s’apprête à utiliser tous les moyens pour s’y maintenir et menace le respect scrupuleux de la constitution de 2001 comme fondation de la paix et la cohésion nationale encore fragiles aux Comores.

 

L’intervention violente des militaires dans l’hémicycle de l’assemblée nationale, le 04 avril 2015, lors de l’élection du président du parlement et le casernement forcé des parlementaires majoritaires, opposés au pouvoir est la preuve objective qu’une dictature s’installe et que la tension ne cesse de monter au fur et à mesure que l’opposition évoque et étudie différentes hypothèses de candidatures aux élections présidentielles et des gouverneurs. Cette dictature instaurée par Ikililou Dhoinine, président de l’union des Comores éloigne nos citoyens de leur souhait légitime d’un scrutin libre et démocratique en Décembre 2015. Alors que des réunions préparatoires de ces élections doivent impérativement se tenir en urgence, les risques avant-coureurs d’une crise électorale se multiplient. La mise sous tutelle des institutions de l’état, le manque de confiance en la commission électorale nationale indépendante (CENI) à la cour constitutionnelle, les manœuvres pour réduire la transparence et l’inclusivité du processus électoral et les manipulations des listes électorales exacerbent ces tensions car elles tendent à écarter certaines candidatures.

 

C’est pourquoi, pour prévenir et éviter le retour des violences politiques et aux crises institutionnelles, les signataires de la présente pétition appellent monsieur Ikililou Dhoinine à s’abstenir de toutes formes de provocations et décision susceptibles de compromettre la paix sociale, la cohésion nationale et la stabilité de notre pays.

 

Quant aux partenaires des Comores, qui ont déjà exprimé leurs inquiétudes, ils doivent renforcer leur implication dans le processus électoral et prévoir une réponse efficace et graduée ; Il est urgent que les amis des Comores mobilisent des ressources suffisantes et s’impliquent davantage sur tous les cycles du processus électoral pour enrayer la montée des tensions et déjouer la fraude électorale qu’entend réaliser le pouvoir en place.

 

Nous voulons l’ouverture rapide d’un cycle de recensement, le réexamen du fichier électoral pour le rendre fiable et transparent, garantir un accès sans restriction aux commissions électorales, insulaires, nationales et préfectorales par les candidats durant toutes les étapes de la compilation des listes électorales.

2016 :COMMUNIQUÉ DE L'AMBASSADE DES COMORES À PARIS

Publié le 21/05/2015 à 06:24 par ridja Tags : image blog background photo png

L'AFD AJOUTE 2,4 MILLIONS D'EUROS POUR LE DÉVELOPPEMENT

Publié le 20/05/2015 à 07:52 par ridja Tags : vie background france carte infos
L’AFD ajoute 2,4 M€ pour le développement des échanges régionaux
Xavier Desplanques, le président des Carrefours des Entrepreneurs de l’océan Indien
L’AFD ajoute 2,4 M€ pour le développement des échanges régionaux

 

 
L’Union des Chambres économiques de la région compte relever un défi de taille : activer les échanges régionaux pour répondre au prix prohibitifs des marchandises importées. Un casse tête de notre zone, aux îles de nationalités et de contraintes différentes.
 
Les Chambres économiques réussiront-elles là où toutes les tentatives ont échoué? Selon le chiffre communément avancé, 5% des importations mahoraises proviennent de la région océan Indien.
 
 
Ce même chiffre est retenu sur l’ensemble des échanges de la zone, induisant une marge de progression de 90 à 95% comme le faisait remarquer Xavier Desplanques, le président du Carrefour des Entrepreneurs de l’Océan Indien.
 
Ce n’est pas faute pour cette association de 700 membres, dont 500 opérateurs économiques, de se démener en réunissant régulièrement les acteurs régionaux.
 
Pour preuve le dernier dîner du Carrefour qui s’est tenu lors de la Foire Internationale de Madagascar (FIM) le 8 mai et qui réunissait l’Ambassadeur de la Délégation de l’Union européenne à Madagascar, l’ambassadeur de France, le Conseil régional de La Réunion, le Conseil général de Mayotte, le Conseil économique et social de Mayotte, un acteur économique Mauricien, le président de l’Union des CCI de l’Océan Indien et l’Union des CCIA de l’Union des Comores, et différents acteurs des six territoires concernés : La Réunion, Maurice, Madagascar, Mayotte, Comores et Seychelles.
 
 
Normes et visas
 
Si des partenariats sont noués, aucun projet d’envergure n’a encore abouti. Une importation de viande depuis Madagascar a été initiée par l’ancien Conseil général de Mayotte, mais soumis à quelques critiques, notamment celle de l’implantation d’un abattoir dans la Grande Île quand notre territoire n’en possède toujours pas.
 
 
 
L’autre frein au projet est le respect des normes françaises et maintenant européennes auxquelles est soumise Mayotte, en matière d’hygiène et d’alimentation. Un moratoire avait été envisagé pour permettre le lancement du projet en attendant une remise aux normes.
 
Plus généralement, c’est toujours la libre circulation des personnes, avec une obtention difficile des visas, notamment pour Mayotte, qui est problématique.
 
 
Le directeur du Programme indique que le sujet a été débattu mais préfère attendre la concrétisation des actions avant de communiquer.
 
Activer les échanges par le numérique
 
 
En marge de la FIM 2015, les Chambres de commerce et d’industrie membres de l’Union des Chambres de commerce et d’industrie de l’océan Indien (UCCIOI) se sont réunies pour préparer leur plan d’actions pour la mise en œuvre du Programme de renforcement des capacités commerciales dans l’océan Indien.
 
Un Programme étalé sur trois ans et financé par l’Agence Française de développement à hauteur de 2,4 millions d’euros. Il prévoit, notamment, la mise en place d’une plateforme numérique pour faciliter les partenariats entre opérateurs économiques de l’océan Indien et la mise en œuvre d’actions portant sur la coopération régionale dans les secteurs industriel, des Technologies de l’information et de la communication (TIC), de la valorisation des déchets, du tourisme ou encore des métiers maritimes.
 
Les participants ont notamment discuté de l’organisation du Forum dédié à l’économie numérique, prévu à Tananarive en octobre 2015. Pour Fahmy Thabit, président en exercice de l’UCCIOI, « ce forum sectoriel permettra, non seulement, de démontrer le dynamisme de ce secteur dans l’océan Indien, mais également, de déterminer les besoins pour faire des TIC un réel levier pour le développement économique régional, tous secteurs confondus ».
 
Un développement du numérique pourra en effet pallier les difficultés de déplacement des acteurs, en attendant que des solutions soient trouvées quant aux normes. La solution à la « cherté » de la vie des iliens passera par là.
 
 
Mayotte ne doit pas non plus oublier de jouer sa carte « Mozambique », avec des pays africains aux cultures et langues communes.
 
Source : CEOI

COMMUNIQUÉ DE L'OPPOSITION : L'ALTERNANCE EST EN MARCHE !

Publié le 18/05/2015 à 20:21 par ridja Tags : pouvoir image gif background
 
Depuis bientôt deux ans, la situation générale des Comores ne cesse de se dégrader pour arriver à son paroxysme en début de cette année 2015, pendant et après les élections harmonisées des législatives, des Conseils des Îles et des municipales avec le bafouement flagrant des principes fondamentaux de la démocratie et de l'État de droit.

En effet, de la crise d'énergie avec les délestages imposés aux comoriens, en passant par les mouvements sociaux à travers les différentes grèves et manifestations (transporteurs, enseignants, élèves et étudiants, grève du personnel médical et paramédical etc.), le retard accusé dans le paiement des salaires des fonctionnaires comoriens (4 mois d'arriérés de salaire à 1'heure actuelle) et enfin la dégradation du climat politique à quelques mois d'échéances électorales importantes.

Différentes rencontres ont eu lieu entre certains chefs des partis et le Président d'honneur du Parti JUWA, Mr Ahmed Abdallah Mohamed Sambi. Il a été décidé de former une Coalition des partis de l'Opposition, composée de: JUWA, PEC, RIDJA, CADIM, et ZAMZAM, et d'un commun accord un Grand Rassemblement a été convenu le samedi 16Mai 2015 à Paris pour:
 
  • Dénoncer le comportement des autorités actuellement au pouvoir et les tenir pour responsables de la crise à laquelle les comoriens font face; .
  • Prendre à témoin la population. comorienne, tant de l'intérieur que de la Diaspora quant aux dérives du régime du Président Ikililou Dhoinine ; 
  •  Dénoncer vigoureusement le piétinement du principe sacro-saint de la séparation des pouvoirs, exercé par le Régime en place à travers les méthodes utilisées pendant les élections jusqu'à l'investiture des différentes institutions; .
  • Rappeler à la Cour Constitutionnelle la lourde responsabilité qui est la sienne pour veiller au strict respect de nos valeurs fondamentales et notamment celles de notre Constitution; 
  • Interpeller l'ensemble de la Communauté Internationale sur le rôle fondamental qu'elle devra jouer pour accompagner les Comores dans la préservation de la Paix et la Stabilité;
  • Dénoncer les manœuvres et les manipulations des autorités au pouvoir qui cherchent à attiser la haine entre les comoriens, en brandissant les menaces de troubles et de guerre civile si un comorien d'une autre Île, venait à se présenter aux prochaines primaires des élections présidentielles; 
  • Exiger la tenue d'élections harmonisées des présidentielles et des Gouverneurs des Îles dans les délais impartis et dans le respect des principes démocratiques, de liberté et de transparence requis, mais aussi du calendrier des échéances officiellement établies ,
  • Demander à la Communauté Internationale de veiller à la sécurisation des prochaines échéances électorales des présidentielles et des Gouverneurs des iles, en s'impliquant d'avantage dans le processus électoral, pour éviter les défaillances observées (manipulation de fichiers électoraux, production de doublons de cartes d'électeurs, utilisation excessive des procurations, etc.)

Notre Coalition décide de mettre en place un mécanisme de veille et de suivi des conclusions retenues lors de ce rassemblement.

Fait à Paris le 16Mai 2015

DERNIERS ARTICLES :
L'AFD AJOUTE 2,4 MILLIONS D'EUROS POUR LE DÉVELOPPEMENT
Xavier Desplanques, le président des Carrefours des Entrepreneurs de l’océan Indien L’AFD ajoute 2,4 M€ pour le développement des échanges régionaux     L’Union des Cham
COMMUNIQUÉ DE L'OPPOSITION : L'ALTERNANCE EST EN MARCHE !
Communiqué de la coalition des partis de l'opposition (JUWA, PEC, RIDJA, CADIM, ZAMZAM)   Depuis bientôt deux ans, la situation générale des Comores ne cesse de se dégra
OPINION LIBRE : LE VOTE À L'ÉTRANGER
 Le vote à l’étranger : Impliquer tous les comoriens aux choix de leur destinées   L’idée de la participation en 2016 des Comoriens à l’étranger aux élections du présiden
SAID LARIFOU : LE CHANGEMENT, C'EST TOUT DE SUITE !
 
MEETING :LA DÉMONSTRATION DE FORCE A EU LIEU
    L'ALTERNANCE EST EN MARCHE, RIEN NE L'ARRÊTERA : LE CHANGEMENT, C'EST TOUT DE SUITE !   Ce meeting est le début d'un mouvement de fond d'un rassemblement de coeur et
forum