IKI : J - 574 Jours à BEIT SALAM
TOUS ENSEMBLE CONTRE LES CRIMES ECONOMIQUES

Thèmes

afrique amis annonce argent article background bande belle blog bonne cadre cadres

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· ARTICLES (162)
· COMMENTAIRES (2)
· COMMUNIQUES (0)
· CULTURE (0)
· DECES (2)
· ETUDIANTS (0)
· FEDERATION D'ANJOUAN (0)
· FEDERATION D'EGYPTE (0)
· FEDERATION DE LA REUNION (0)
· FEDERATION DE MAYOTTE (0)
· FEDERATION DE MOHELI (0)
· FEDERATION DE NGAZIDJA (0)
· FEDERATION GUINEE CONAKRY (0)
· FEDERATION LYON (0)
· FEDERATION MAROC (0)
· FEDERATION MARSEILLE (0)
· FEDERATION MAURICE (0)
· FEDERATION PARIS (0)
· FEDERATION SENEGAL (0)
· HISTORIQUE (0)
· HOMMAGE A DR KASSIM (2)
· INTERVIEW (1)
· JUSTICE POUR LES VICTIMES DU YEMENIA (1)
· LES LIVRES PUBLIE PAR SAID LARIFOU (2)
· MOHELI 2010 (0)
· NOTRE PROGAMME (2)
· PHOTOS (0)
· PLAINTE : SOUSCRIPTION NATIONALE (0)
· PLAINTE :CRIMES ECONOMIQUES (0)
· PRESENTATION DE NOTRE PRESIDENT (0)
· PRESIDENT DU RIDJA SAID LARIFOU (0)
· SG ABDOU SOIMADOU (0)
· VIDEOS (4)

Rechercher
Derniers commentaires Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Articles les plus lus

· EMIRATES DE RETOUR AUX COMORES ?
· Un homme dévore le sexe de sa femme à Anjouan
· IMANY, ARTISTE MUSICIENNE ORIGINAIRE DES COMORES
· TRIBUNE LIBRE :LE BLOG MLIMADJI CONTRE -ATTAQUE
· Ces zarabes qui bâtissent la Réunion

· Le parti RIDJA investit les places publiques
· La côte d'ivoire sur le sentier de la guerre
· REGLEMENT DE COMPTES OU ASSASSINAT?
· MOHELI 2010
· SCANDALE AU SOMMET DE L'ETAT: La lettre qui accuse Mamadou
· Match amical:"Comores-OM"
· DEBAT : OUATTARA c/ GBAGBO
· Ridja : La visite de SAMBI n'a rien d'officielle
· LA FAMILLE D'AKHIM KARI PLEURE SON FILS AÎNE
· RAPPORT MEDICAL

Voir plus 

Blogs et sites préférés

· webcomores
· corruptionzero
· JOCOMORES
· LEMOHELIEN.COM
· NARAGARILWA
· MLIMADJI
· HZK
· FIGARO
· Clicanoo
· Alwatwan


Statistiques

Date de création : 15.05.2009
Dernière mise à jour : 31.10.2014
5996articles


Photos

Préambule de notre constitution !!!!

Publié le 31/10/2014 à 21:40 par ridja Tags : pouvoir bonne femme nature solidarité
Préambule de notre constitution  !!!!

Le peuple comorien, affirme solennellement sa volonté de:

 

 Puiser dans l’Islam, l’inspiration permanente des principes et règles qui régissent l’Union, 
garantir la poursuite d’un destin commun entre les Comoriens,


 


 Marquer son attachement aux principes et droits fondamentaux tels qu’ils sont définis par la Charte des Nations Unies, celle de l’Organisation de l’Unité Africaine, le Pacte de la Ligue des Etats Arabes, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme des Nations Unies et la Charte africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, ainsi que les conventions internationales notamment celles relatives aux droits de l’enfant et de la femme. Proclame:


 


 L’égalité de tous en droits et en devoirs sans distinction de sexe, d’origine, de race, de religion ou de croyance,


 L’égalité de tous devant la justice et le droit de tout justiciable à la défense,


 La liberté et la sécurité de chaque individu sous la seule condition qu’il n’accomplisse aucun acte de nature à nuire à autrui,


 Le droit à l’information plurielle et à la liberté de presse,


 Les libertés d’expression, de réunion, d’association et la liberté syndicale dans le respect de la morale et de l’ordre public


 
l’inviolabilité du domicile dans les conditions prescrites par la loi,


 


 lL droit à la santé et à l’éducation pour tous, - le droit de l’enfant et de la jeunesse à être protégés par les pouvoirs publics contre toute forme d’abandon, d’exploitation et de violence,


 

INTERDICTION DE TOUTE MANIFESTATION !!!!

Publié le 31/10/2014 à 21:27 par ridja Tags : centerblog roman 2010 livre anniversaire
INTERDICTION DE TOUTE MANIFESTATION !!!!

Le Ministre de l’intérieur, HOUSSEIN HASSAN Ibrahim, vient de publier ce vendredi 31 octobre 2014, une note circulaire portant interdiction de toute manifestation à caractère politique jusqu’ à l’ouverture de la prochaine campagne électorale des prochaines élections des représentants de la nation, des conseillers des iles et des conseillers communaux. Cette note circulaire est motivée selon le ministre par « le souci de préserver la paix, la stabilité, la circulation des personnes et des biens ». Elle est signée à la veille de la célébration à Moroni, dans une enceinte privée, la résidence du feu Prince Said Ibrahim, du 1er anniversaire du parti politique fondé par l’ancien Président Ahmed Abdallah Mohamed SAMBI. Déjà, au mois d’août 2013, le meeting prévu par cet ancien Président à Bambao Mtsanga à Anjouan a été interdit.Cette interdiction du gouvernement de l'Union se baserait sur une note signée par l'ancien Ministre de l'intérieur Ahmed Hassane El Barwane en 2010, qui réglementait les manifestations publiques en dehors des périodes électorales.

 

 

Cette nouvelle interdiction est aussi décidée à la veille de la réunion de concertation au conseil de l’ile de Ngazidja, des structures qui ont organisé « la journée ile morte » du 29 octobre dernier.Une sorte de réponse à la population de sa démonstration de force de cette semaine. Pour sa première déclaration publique après cette opération réussie de « ile morte », le Chef de l’Etat, Ikililou Dhoinine a parlé à Idjikundzi ce 31 octobre de « concertation et d’entente »avec les Gouverneurs des iles, comme si cela constitue la préoccupation de la population. Décidément, notre chef de l’état est mal entouré et mal conseillé. Il n’a tiré aucune leçon de ce « cri de cœur de la population » considéré de « mini-tempête » par le griot officiel du journal d’Etat. La restriction des libertés d’expression n’est pas la solution idoine pour décrisper une situation sociale explosive. Au contraire, elle va cristalliser une situation déjà tendue, révolter une jeunesse en détresse et détériorer l’image déjà détestable du pays en termes de gouvernance.

 

La constitution du pays, qui n’est pas décidément le livre de chevet de nos dirigeants, garantit dans son préambule les libertés d'expression, de réunion, d'association et la liberté syndicale. L’interdiction de toute manifestation politique est non seulement anticonstitutionnelle, la Cour constitutionnelle qui est garante des "libertés publiques" est aux abonnés absents, mais elle constitue surtoutun aveu d’échec d’un régime aux abois.

 

Comoresdroit

Atteintes des libertés fondamentales !!!!!

Publié le 31/10/2014 à 20:22 par ridja Tags : amis travail nature éléments
Atteintes des libertés fondamentales !!!!!

"Errare humanum est, perseverare diabolicum"

 

Après la saga des décrets présidentiels vient les temps d'atteintes des libertés fondamentales.

 

Nous avons effectivement tous suivi la désolante saga des multiples décrets à propos desquels je me suis même demandé si le président IKILILOU ne subissait pas un travail de sape de l'intérieur allant jusqu'à demander de virer tous ses conseillers juridiques.

...

Aujourd'hui dans une note circulaire transmise aux autorités compétentes pour exécution immédiate, le ministre de l'intérieur vient carrément d'interdire toute manifestation à caractère politique.

 

JUGEZ-EN VOUS MÊME!!!

 

Cette décision parce qu'elle est de portée générale porte manifestement atteinte au droit fondamental reconnu par la Constitution.

 

S'il est vrai que l'expression publique doive être encadrée par la Loi, notamment pour parer aux possibles atteintes aux personnes et aux biens, cette décision de surcroît de portée générale me semble assez exorbitante qu'elle mérite d'être elle-même portée devant la branche administrative de la Cour Suprême.

 

En principe, le droit commun exige que toute manifestation de quelque nature qu'elle soit fasse l'objet d'une autorisation préalable, tout refus doit aussi s'appuyer d'éléments objectifs dans quoi il encourt sanction.

 

C'est à se demander chers amis, si les derniers événements qui se sont déroulés au Burkina Faso n'ont pas influé dans la peur nouvelle de nos autorités, non pas spécifiquement à l'endroit des partis "dits" politiques, mais en réalité à l'égard du nouveau mouvement citoyen naissant ... qui monte ... qui monte .. pour ne réclamer que nos droits les plus élémentaires:

La santé
L'eau
L'électricité
L'emploi
L'éducation
La justice

Est-ce trop demander ? RILAMHAAAAAAAAA

Irchad Abdallah

 

Commentaire : Les libertés publiques rassemblent l'ensemble des droits fondamentaux des citoyens, qu'il s'agisse de la liberté d'aller et venir, de la liberté d'opinion, de la liberté d'expression, etc. Ces libertés sont soit personnelles, soit collectives.

Qu'entend-t-on par 'libertés collectives' ?

Ce sont les libertés dont vous pouvez profiter en groupe, comme la liberté d'association, de réunion, de manifestation, etc

Bourkina Faso : La leçon pour Ikililou

Publié le 31/10/2014 à 19:20 par ridja Tags : homme pouvoir image centerblog
Bourkina Faso : La leçon pour Ikililou

Burkina Faso: la leçon pour Ikililou

Y a-t-il vraiment un président aux Comores ?

Ce qui est arrivé, ces deux derniers jours au Burkina Faso, devrait servir de leçon à la population comorienne et plus particulièrement au chef de l'Etat Ikililou Dhoinine.

 

Blaise Compaoré croyait maîtriser le pouvoir, contrairement à ce que le pouvoir l'était pour lui. Les bourkinabè, exaspérés par l'homme et son action, a fini par renverser la tendance. Cette réalité-là, malgré une population comorienne naïve, doit être pris en compte par le dirigeant comorien.

 

Certains signes commencent tout de même à apparaître sur la scène politico-sociale. Espérons que les choses se dérouleront autrement, néanmoins le régime en place doit être corrigé.

Abdoul Youssouf

 

L'Etat - major de l'armée assiégé par les manifestants

Publié le 31/10/2014 à 17:51 par ridja Tags : image background article afrique annonce éléments pouvoir
L'Etat - major de l'armée assiégé par les manifestants

Crise au Burkina Faso: L’Etat-major de l’armée assiégé par les manifestants ce vendredi

31oct, 2014
 

 

Burkina Faso : Les Manifestants Devant l'Etat Major Général des armées| Ph La voix des Burkinabé

Burkina Faso : Les Manifestants Devant l’Etat Major Général des armées| Ph La voix des Burkinabé

 

La situation est loin de se terminer au Burkina Faso. Des manifestants sont de nouveau dans la rue ce vendredi, au lendemain de la déclaration présidentielle qui laisse croire à un soutien de l’armée à Blaise Compaoré. Les manifestants ont marché sur l’Etat-major des armées à Ouagadougou.

 

Des milliers de manifestants se sont de nouveau rassemblés vendredi à Ougadougou comme à Bobo Dioulasso pour demander la démission de Blaise Compaoré et du chef d’Etat-major, le Général Honoré Nabere Traoré qui aurait voulu dialoguer avec les manifestants.

 

Dans la foulée, on annonce l’arrêt du général Kwamé Lougué, dont le nom était porté jeudi par les manifestants. L’homme a été mis aux arrêts alors qu’il tentait de rejoindre la place de la Nation dans le centre de Ouagadougou.

 

Sur ce, les manifestants qui ont compris que Blaise Compaoré se réorganise pour se maintenir au pouvoir. Les auteurs du coup d’Etat populaire de jeudi 30 octobre qui ont fait reculer le président dans sa tentative de modification de la constitution, ont rejeté toute idée de gestion de la transition par le président burkinabè.

 

La volonté de Blaise Compaoré de mettre en place une transition et de la gérer jusqu’à une prochaine présidentielle est rejetée en bloc par la multitude qui manifeste encore son mécontentement dans les rues de Ouagadougou ce vendredi.

 

La seule exigence désormais à l’ordre du jour est le départ immédiat d’un Blaise Compaoré au pouvoir depuis 27 et visiblement encore soutenue par l’Etat-major général de l’armée.

 

De son côté, l’opposition annonce le décès d’au moins 20 manifestants tués par des éléments des forces de l’ordre ayant tiré à balles réelles.


La situation est suivie de près par Œil d’Afrique

La félonie du régime Ikililou

Publié le 31/10/2014 à 08:44 par ridja Tags : 2010
La félonie du régime Ikililou

 

 

La journée "île morte" observée en Grande-Comore mercredi n'est peut être que l'expression de l'exaspération d'une population "ligotée", de la tête aux pieds, par la cast dirigeante.

 

Le respect de consigne donnée, une première depuis au moins dix ans, est un signal fort envoyé par le peuple comorien au régime, à quelques mois des élections les plus importantes du pays (législatives, conseillers des îles et communales).

 

En reniant ses engagements électoraux, le président de la République subit un rejet massif. Au lieu de réfléchir sur les solutions à apporter aux difficultés de leurs concitoyens, les autorités, surtout celles de l'île de Ngazidja, fustigent, comme à l'accoutumée, certains politiciens d'être derrière ceux qui ont entendu l'appel.

 

Comme si les Comoriens citoyens ne savent pas s'exprimer tous seuls, formulant un "Non" à l'inaction et à la mauvaise gestion du gouvernement. Une insulte qui s'ajoute au mépris du gouvernement central, observant une omerta inouïe à la situation.

 

Le régime devrait analyser, en profondeur, les tréfonds de problèmes exprimés, mais surtout comprendre le ressentiment d'un peuple qui attend toujours et encore les premiers résultats d'un président dont l'on connait, désormais, l'issue de son élection en 2010.

 

Abdoul Youssouf

 

SAMBI ET JUWA EN DISGRÂCE ?

Publié le 31/10/2014 à 08:38 par ridja Tags : vie société anniversaire
SAMBI ET JUWA EN DISGRÂCE ?

 

Malgré une campagne de communication tambour batant, malgré une véritable persuasion d'un "projet" dit de société, malgré aussi des moyens financiers colossaux déployés, le premier anniversaire du parti de l'ancien président des Comores s'est soldé par une petite mobilisation à Mohéli (il suffit des dénicher les images).

 

Preuve que la politique de l'ancien Rais est désavouée par les comoriens, notamment ceux de l'île de Mohéli où il croyait faire le plein avec Mohamed Fazul, l'ancien adversaire d'Ikililou Dhoinine aux dernières présidentielles.

 

Sambi ne mobilise plus les foules, tant le contexte politique a changé et retourne contre lui, rattrapé par son fabuleux train de vie. Son verbe est devenu verbeux.

 

Moins les Comoriens se reconnaissent en lui, plus ils le quittent. Le gouverneur de l'île d'Anjouan se sépare de lui jour après jour. Le président de l'Assemblée nationale ne fait pas exception. D'autres anciens fidèles l'ont tourné le dos.

 

Ce premier anniversaire était censé relancer la politique de Juwa sur la scène politique, malgré les hésitation de certains des gourous patentés et Sambi lui-même qui s'est dirigé droit au mur en klaxonnant. L'impopularité de l'ex-chef de l'Etat se profil vers le plus bas. Et ce à deux mois des élections harmonisées.

 

Abdoul Youssouf

Blaise compaoré :27 ans au pouvoir, 1 jour pour tomber

Publié le 31/10/2014 à 07:03 par ridja Tags : annonce pouvoir
Blaise compaoré  :27 ans au pouvoir,  1 jour pour tomber

Blaise Compaoré n’est plus président de la République du Burkina Faso !

Le glas de son règne est sonné par l’annonce de la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée Nationale. Une annonce signée par l’Armée qui a vraisemblablement pris le pouvoir .

Le puissant gouverneur d'Anjouan défie SAMBI !

Publié le 30/10/2014 à 07:44 par ridja Tags : image anniversaire pub centerblog

Sambi : « A trois reprises, j’ai été offensé ! »


Le gouverneur d'Anjouan revendique son sambisme

Au mois de septembre dernier, lors d’un grand rassemblement à Ouani ,Anissi Chamsidine avait déclaré que son gouvernement se portait candidat aux législatives. Samedi dernier, le gouverneur de l’ile d’Anjouan aurait interdit au parti JUWA de Sambi de tenir un meeting politique au stade Missiri. L’ancien président de l’Union des Comores menace de riposter.

Samedi dernier, le JUWA ambitionnait de tenir un meeting au stade de Missiri pour la célébration de son premier anniversaire. C’était sans compter sur le gouverneur de l’ile, Anissi Chamsidine qui aurait refusé l’autorisation, contraignant le parti à annuler son programme. Offusqué, l’ancien président de la République promet de se venger. « A trois reprises j’ai été offensé ! Cette fois-ci, je vais me défendre à coups de griffes ! » s’exclame Sambi. « La contre-offensive d’Anissia affaibli le parti JUWA, mais ne l’a pas détruit » tente-t-il de rassurer, tant bien que mal.

 

Dans les coulisses, les collaborateurs d’AnissiChamsidine promettent de ne pas baisser leurs gardes. C’est le cas de Dr Moursoid Massoundi, secrétaire général du Gouvernement Anissi et futur candidat aux législatives à Bambao-Mtsanga. « Je suis certes adhérant au parti JUWA, mais toutes les instructions, je les prends auprès de mon chef, AnissiChamsidine ». Un autre inconditionnel d’Anissi, sous couvert d’anonymat, juge mature la décision du gouverneur de l’ile de Ndzouani de s’être détaché de l’ancien président de l’Union des Comores. « C’est une décision bien réfléchie. C’est un combat politique donc que le meilleur gagne. Anissi n’a déclaré la guerre à personne. C’est lui qui a offert des postes stratégiques au parti » a indiqué ce conseiller du Gouverneur qui a préféré garder l’anonymat.

 

Depuis la semaine dernière, Anissi Chamsidine a positionné les canons de ses chars politiques. Le conflit qui l’oppose à Sambi s’affirme chaque jour un peu plus. AnissiChamsidine aurait ouvert son Quartier Général à Mutsamudu, « pour riposter en temps réel au cas d’attaque ». Depuis son intronisation à Dar Nadja, le 23 mai 2011, il n’a cessé de redorer son image de gouverneur très actif. Cette stratégie de se détacher du président du parti JUWA ne fait pas l’unanimité pourtant. Pour son principal adversaire, celui qui jusqu’ici était inconnu de tous « a tord ».

Nabil Jaffar

HZK

Le bras de fer avec le pouvoir ne fait que commencer

Publié le 30/10/2014 à 07:34 par ridja Tags : société travail message pub pouvoir

Le bras de fer avec le pouvoir ne fait que commencer


Summum, bukmun, umyun ….
 

La consigne pour « l’opération île morte », décrétée par la société civile a été massivement respectée. L’île de Ngazidja a été paralysée dans son ensemble. La population s’est confinée dans ses foyers, rendant pratiquement Moroni, une ville fantôme. Les organisateurs crient à la victoire.

 

Jamais l’île de Ngazidja n’avait connu une telle paralysie. Aux quatre coins de l’ile, la consigne a été massivement respectée. Le succès de « l’opération île morte » revient surtout aux localités de l’île où les habitants se sont confinés dans leurs foyers, isolant de facto Moroni du reste de l’île.
Joint par téléphone par La Gazette, Mohamed Youssouf, originaire de Mbéni confirme que le mot d’ordre a été à 100% respecté dans le Hamahamet : « La population s’est abstenue de se rendre dans la capitale. Ceux qui ont tenté de s’y rendre en ont été empêchés par les membres du syndicat « Wusukaniwamasiwa », nous confie-t-il.

 

Même atmosphère dans la région de Hambou d’où est parti le premier mouvement de contestation avec le refus de payer les factures de la Ma-mwe. « Moroni a rejoint l’opération île morte. Aucun taxi à l’horizon et seulement quelques voitures », se réjouit Mohamed Said Abdallah Mchangama dans un message envoyé à ses partisans à 7h du matin. Le président de la Fédération des Consommateurs Comoriens(FCC)clame « une victoire importante, une première dans le pays. Toutes les générations, tous les villages et la capitale se sont unis, dans l’action ». A l’entendre, « il n’y a jamais eu de mouvement aussi unitaire ».

 

La pression a commencé mardi, quand les organisateurs de ce mouvement d’humeur sans précèdent ont sillonné les localités de l’île pour sensibiliser la population, à travers des mégaphones. Mohamed Said Abdallah Mchangamafait état de 7 voitures louées par des délégations des villages de Bambao et de Hambou qui auraient sillonné l’ile ce lundi matin, afin de sensibiliser la population sur la lutte pour un approvisionnement régulier en électricité et en eau. « Elles ont été chaleureusement accueillies », laisse-t-il entendre. Si l’opération a eu le succès escompté, c’est aussi grâce à l’implication et la forte mobilisation du puissant syndicat des transporteurs, « Wusukani Wa Masiwa ».

 

Interpellé par La Gazette/Hzk-presse peu avant la manifestation pour s’enquérir des mesures prises pour parer à ce mouvement, le directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur avait déclaréqu’il n’y avait aucune restriction de mouvement à partir du moment où les organisateurs avaient les autorisations. « Nous sommes en démocratie, chacun est libre de manifester dans la limite du droit. Mais on doit savoir que personne n’a le droit d’entraver la circulation ni d’empêcher quiconque de se déplacer librement ». Et lui d’être plus menaçant :

 


« J’attirel’attention de tous ceux qui tenteront d’empêcher les gens d’aller au travail.
Ils s’exposent à de lourdes conséquences », avait-il alors mis en garde. De son côté,Mchangamaestime que ce qui a fait le succès de cette opération, c’est « le respect du citoyen et la transparence dans les actions entre les organisateurs ».

MaoulidaMbaé


DERNIERS ARTICLES :
La félonie du régime Ikililou
    La journée "île morte" observée en Grande-Comore mercredi n'est peut être que l'expression de l'exaspération d'une population "ligotée", de la tête aux pieds, par la
SAMBI ET JUWA EN DISGRÂCE ?
  Malgré une campagne de communication tambour batant, malgré une véritable persuasion d'un "projet" dit de société, malgré aussi des moyens financiers colossaux déployé
Blaise compaoré :27 ans au pouvoir, 1 jour pour tomber
Blaise Compaoré n’est plus président de la République du Burkina Faso ! Le glas de son règne est sonné par l’annonce de la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée
Le puissant gouverneur d'Anjouan défie SAMBI !
Sambi : « A trois reprises, j’ai été offensé ! » Au mois de septembre dernier, lors d’un grand rassemblement à Ouani ,Anissi Chamsidine avait déclaré que son gouvern
Le bras de fer avec le pouvoir ne fait que commencer
Le bras de fer avec le pouvoir ne fait que commencer   La consigne pour « l’opération île morte », décrétée par la société civile a été massivement respectée. L’île d
forum