IKI : J - 574 Jours à BEIT SALAM
TOUS ENSEMBLE CONTRE LES CRIMES ECONOMIQUES

Thèmes

afrique amis annonce argent article background bande belle blog bonne cadre cadres

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· ARTICLES (162)
· COMMENTAIRES (2)
· COMMUNIQUES (0)
· CULTURE (0)
· DECES (2)
· ETUDIANTS (0)
· FEDERATION D'ANJOUAN (0)
· FEDERATION D'EGYPTE (0)
· FEDERATION DE LA REUNION (0)
· FEDERATION DE MAYOTTE (0)
· FEDERATION DE MOHELI (0)
· FEDERATION DE NGAZIDJA (0)
· FEDERATION GUINEE CONAKRY (0)
· FEDERATION LYON (0)
· FEDERATION MAROC (0)
· FEDERATION MARSEILLE (0)
· FEDERATION MAURICE (0)
· FEDERATION PARIS (0)
· FEDERATION SENEGAL (0)
· HISTORIQUE (0)
· HOMMAGE A DR KASSIM (2)
· INTERVIEW (1)
· JUSTICE POUR LES VICTIMES DU YEMENIA (1)
· LES LIVRES PUBLIE PAR SAID LARIFOU (2)
· MOHELI 2010 (0)
· NOTRE PROGAMME (2)
· PHOTOS (0)
· PLAINTE : SOUSCRIPTION NATIONALE (0)
· PLAINTE :CRIMES ECONOMIQUES (0)
· PRESENTATION DE NOTRE PRESIDENT (0)
· PRESIDENT DU RIDJA SAID LARIFOU (0)
· SG ABDOU SOIMADOU (0)
· VIDEOS (4)

Rechercher
Derniers commentaires Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Articles les plus lus

· EMIRATES DE RETOUR AUX COMORES ?
· Un homme dévore le sexe de sa femme à Anjouan
· IMANY, ARTISTE MUSICIENNE ORIGINAIRE DES COMORES
· TRIBUNE LIBRE :LE BLOG MLIMADJI CONTRE -ATTAQUE
· Ces zarabes qui bâtissent la Réunion

· Le parti RIDJA investit les places publiques
· La côte d'ivoire sur le sentier de la guerre
· REGLEMENT DE COMPTES OU ASSASSINAT?
· MOHELI 2010
· SCANDALE AU SOMMET DE L'ETAT: La lettre qui accuse Mamadou
· Match amical:"Comores-OM"
· DEBAT : OUATTARA c/ GBAGBO
· Ridja : La visite de SAMBI n'a rien d'officielle
· LA FAMILLE D'AKHIM KARI PLEURE SON FILS AÎNE
· RAPPORT MEDICAL

Voir plus 

Blogs et sites préférés

· webcomores
· corruptionzero
· JOCOMORES
· LEMOHELIEN.COM
· NARAGARILWA
· MLIMADJI
· HZK
· FIGARO
· Clicanoo
· Alwatwan


Statistiques

Date de création : 15.05.2009
Dernière mise à jour : 31.10.2014
5991articles


Photos

La félonie du régime Ikililou

Publié le 31/10/2014 à 08:44 par ridja Tags : 2010
La félonie du régime Ikililou

 

 

La journée "île morte" observée en Grande-Comore mercredi n'est peut être que l'expression de l'exaspération d'une population "ligotée", de la tête aux pieds, par la cast dirigeante.

 

Le respect de consigne donnée, une première depuis au moins dix ans, est un signal fort envoyé par le peuple comorien au régime, à quelques mois des élections les plus importantes du pays (législatives, conseillers des îles et communales).

 

En reniant ses engagements électoraux, le président de la République subit un rejet massif. Au lieu de réfléchir sur les solutions à apporter aux difficultés de leurs concitoyens, les autorités, surtout celles de l'île de Ngazidja, fustigent, comme à l'accoutumée, certains politiciens d'être derrière ceux qui ont entendu l'appel.

 

Comme si les Comoriens citoyens ne savent pas s'exprimer tous seuls, formulant un "Non" à l'inaction et à la mauvaise gestion du gouvernement. Une insulte qui s'ajoute au mépris du gouvernement central, observant une omerta inouïe à la situation.

 

Le régime devrait analyser, en profondeur, les tréfonds de problèmes exprimés, mais surtout comprendre le ressentiment d'un peuple qui attend toujours et encore les premiers résultats d'un président dont l'on connait, désormais, l'issue de son élection en 2010.

 

Abdoul Youssouf

 



SAMBI ET JUWA EN DISGRÂCE ?

Publié le 31/10/2014 à 08:38 par ridja Tags : vie société anniversaire
SAMBI ET JUWA EN DISGRÂCE ?

 

Malgré une campagne de communication tambour batant, malgré une véritable persuasion d'un "projet" dit de société, malgré aussi des moyens financiers colossaux déployés, le premier anniversaire du parti de l'ancien président des Comores s'est soldé par une petite mobilisation à Mohéli (il suffit des dénicher les images).

 

Preuve que la politique de l'ancien Rais est désavouée par les comoriens, notamment ceux de l'île de Mohéli où il croyait faire le plein avec Mohamed Fazul, l'ancien adversaire d'Ikililou Dhoinine aux dernières présidentielles.

 

Sambi ne mobilise plus les foules, tant le contexte politique a changé et retourne contre lui, rattrapé par son fabuleux train de vie. Son verbe est devenu verbeux.

 

Moins les Comoriens se reconnaissent en lui, plus ils le quittent. Le gouverneur de l'île d'Anjouan se sépare de lui jour après jour. Le président de l'Assemblée nationale ne fait pas exception. D'autres anciens fidèles l'ont tourné le dos.

 

Ce premier anniversaire était censé relancer la politique de Juwa sur la scène politique, malgré les hésitation de certains des gourous patentés et Sambi lui-même qui s'est dirigé droit au mur en klaxonnant. L'impopularité de l'ex-chef de l'Etat se profil vers le plus bas. Et ce à deux mois des élections harmonisées.

 

Abdoul Youssouf

Blaise compaoré :27 ans au pouvoir, 1 jour pour tomber

Publié le 31/10/2014 à 07:03 par ridja Tags : annonce pouvoir
Blaise compaoré  :27 ans au pouvoir,  1 jour pour tomber

Blaise Compaoré n’est plus président de la République du Burkina Faso !

Le glas de son règne est sonné par l’annonce de la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée Nationale. Une annonce signée par l’Armée qui a vraisemblablement pris le pouvoir .

Le puissant gouverneur d'Anjouan défie SAMBI !

Publié le 30/10/2014 à 07:44 par ridja Tags : image anniversaire pub centerblog

Sambi : « A trois reprises, j’ai été offensé ! »


Le gouverneur d'Anjouan revendique son sambisme

Au mois de septembre dernier, lors d’un grand rassemblement à Ouani ,Anissi Chamsidine avait déclaré que son gouvernement se portait candidat aux législatives. Samedi dernier, le gouverneur de l’ile d’Anjouan aurait interdit au parti JUWA de Sambi de tenir un meeting politique au stade Missiri. L’ancien président de l’Union des Comores menace de riposter.

Samedi dernier, le JUWA ambitionnait de tenir un meeting au stade de Missiri pour la célébration de son premier anniversaire. C’était sans compter sur le gouverneur de l’ile, Anissi Chamsidine qui aurait refusé l’autorisation, contraignant le parti à annuler son programme. Offusqué, l’ancien président de la République promet de se venger. « A trois reprises j’ai été offensé ! Cette fois-ci, je vais me défendre à coups de griffes ! » s’exclame Sambi. « La contre-offensive d’Anissia affaibli le parti JUWA, mais ne l’a pas détruit » tente-t-il de rassurer, tant bien que mal.

 

Dans les coulisses, les collaborateurs d’AnissiChamsidine promettent de ne pas baisser leurs gardes. C’est le cas de Dr Moursoid Massoundi, secrétaire général du Gouvernement Anissi et futur candidat aux législatives à Bambao-Mtsanga. « Je suis certes adhérant au parti JUWA, mais toutes les instructions, je les prends auprès de mon chef, AnissiChamsidine ». Un autre inconditionnel d’Anissi, sous couvert d’anonymat, juge mature la décision du gouverneur de l’ile de Ndzouani de s’être détaché de l’ancien président de l’Union des Comores. « C’est une décision bien réfléchie. C’est un combat politique donc que le meilleur gagne. Anissi n’a déclaré la guerre à personne. C’est lui qui a offert des postes stratégiques au parti » a indiqué ce conseiller du Gouverneur qui a préféré garder l’anonymat.

 

Depuis la semaine dernière, Anissi Chamsidine a positionné les canons de ses chars politiques. Le conflit qui l’oppose à Sambi s’affirme chaque jour un peu plus. AnissiChamsidine aurait ouvert son Quartier Général à Mutsamudu, « pour riposter en temps réel au cas d’attaque ». Depuis son intronisation à Dar Nadja, le 23 mai 2011, il n’a cessé de redorer son image de gouverneur très actif. Cette stratégie de se détacher du président du parti JUWA ne fait pas l’unanimité pourtant. Pour son principal adversaire, celui qui jusqu’ici était inconnu de tous « a tord ».

Nabil Jaffar

HZK

Le bras de fer avec le pouvoir ne fait que commencer

Publié le 30/10/2014 à 07:34 par ridja Tags : société travail message pub pouvoir

Le bras de fer avec le pouvoir ne fait que commencer


Summum, bukmun, umyun ….
 

La consigne pour « l’opération île morte », décrétée par la société civile a été massivement respectée. L’île de Ngazidja a été paralysée dans son ensemble. La population s’est confinée dans ses foyers, rendant pratiquement Moroni, une ville fantôme. Les organisateurs crient à la victoire.

 

Jamais l’île de Ngazidja n’avait connu une telle paralysie. Aux quatre coins de l’ile, la consigne a été massivement respectée. Le succès de « l’opération île morte » revient surtout aux localités de l’île où les habitants se sont confinés dans leurs foyers, isolant de facto Moroni du reste de l’île.
Joint par téléphone par La Gazette, Mohamed Youssouf, originaire de Mbéni confirme que le mot d’ordre a été à 100% respecté dans le Hamahamet : « La population s’est abstenue de se rendre dans la capitale. Ceux qui ont tenté de s’y rendre en ont été empêchés par les membres du syndicat « Wusukaniwamasiwa », nous confie-t-il.

 

Même atmosphère dans la région de Hambou d’où est parti le premier mouvement de contestation avec le refus de payer les factures de la Ma-mwe. « Moroni a rejoint l’opération île morte. Aucun taxi à l’horizon et seulement quelques voitures », se réjouit Mohamed Said Abdallah Mchangama dans un message envoyé à ses partisans à 7h du matin. Le président de la Fédération des Consommateurs Comoriens(FCC)clame « une victoire importante, une première dans le pays. Toutes les générations, tous les villages et la capitale se sont unis, dans l’action ». A l’entendre, « il n’y a jamais eu de mouvement aussi unitaire ».

 

La pression a commencé mardi, quand les organisateurs de ce mouvement d’humeur sans précèdent ont sillonné les localités de l’île pour sensibiliser la population, à travers des mégaphones. Mohamed Said Abdallah Mchangamafait état de 7 voitures louées par des délégations des villages de Bambao et de Hambou qui auraient sillonné l’ile ce lundi matin, afin de sensibiliser la population sur la lutte pour un approvisionnement régulier en électricité et en eau. « Elles ont été chaleureusement accueillies », laisse-t-il entendre. Si l’opération a eu le succès escompté, c’est aussi grâce à l’implication et la forte mobilisation du puissant syndicat des transporteurs, « Wusukani Wa Masiwa ».

 

Interpellé par La Gazette/Hzk-presse peu avant la manifestation pour s’enquérir des mesures prises pour parer à ce mouvement, le directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur avait déclaréqu’il n’y avait aucune restriction de mouvement à partir du moment où les organisateurs avaient les autorisations. « Nous sommes en démocratie, chacun est libre de manifester dans la limite du droit. Mais on doit savoir que personne n’a le droit d’entraver la circulation ni d’empêcher quiconque de se déplacer librement ». Et lui d’être plus menaçant :

 


« J’attirel’attention de tous ceux qui tenteront d’empêcher les gens d’aller au travail.
Ils s’exposent à de lourdes conséquences », avait-il alors mis en garde. De son côté,Mchangamaestime que ce qui a fait le succès de cette opération, c’est « le respect du citoyen et la transparence dans les actions entre les organisateurs ».

MaoulidaMbaé

HOUMEID MSAIDIE MET AZALI ASSOUMANI KO

Publié le 30/10/2014 à 06:57 par ridja Tags : image france création femmes lecture centerblog
2016 : RUPTURE ENTRE L'ANCIEN PRÉSIDENT AZALI ET CRC !! Le Secrétaire Général du parti RADHI promet à la diaspora le droit de vote en 2016

 

« Reconstruire les Comores », tel est le projet du parti politique Rassemblement pour une Alternative de Développement Harmonieux et Intégré (RADHI), fondé par l’ancien ministre Houmed Msaidié et d’autres leaders de la politique comorienne le mois de mai dernier. Les leaders du RADHI ont tenu un meeting ce dimanche 26 octobre au Palais des Congrès à Montreuil en région parisienne. L’objectif de cette manifestation était d’exposer le projet du parti à la diaspora comorienne de France.

MeetingRADHI_Paris

Les femmes sont venues nombreuses

 

La diaspora était au rendez-vous ! Environ 1000 personnes ont répondu à l’appel du parti RADHI (Rassemblement pour une Alternative de Développement Harmonieux et Intégré). Un meeting initié par les partisans de ce parti politique a eu lieu dimanche dernier dans la ville de Montreuil en présence du président du Conseil Général de la Seine Saint-Denis, Stéphane Troussel et d’Ibrahim Dufriche-Soilihi, premier adjoint au Maire de Montreuil. Le Secrétaire Général du RADHI ainsi que d’autres membres fondateurs (Mihidhoire Sagaf, Abdou Soefo, Ali Abdallah) ont fait le déplacement depuis les Comores pour venir présenter leurs idées et leurs engagements à la communauté comorienne de France.

 

Après la lecture du Saint Coran, marquant l’ouverture de la manifestation, un notable parlant au nom du parti a remercié l’assistance tout en soulignant que la diaspora comorienne de France contribue en grande partie au développement des Comores. Il a affirmé également que « cette diaspora réalise des actions que le gouvernement devrait accomplir ».

 

L’hymne national « WUDZIMA WA MASSIWA » a retenti dans la salle annonçant la prise de parole du Secrétaire Général du RADHI, Houmed Msaidié. Il a commencé son allocution en rappelant au public la tenue des élections législatives en janvier 2015. Cet ancien ministre de l’énergie a abordé en premier lieu le problème qui est d’actualité aux Comores : le manque d’eau et d’électricité qui frappe l’archipel. Selon lui, c’est un obstacle qui freine le développement du pays et accélère la pauvreté. Il a fait appel au gouvernement pour trouver une solution rapide afin de sortir le pays de la crise.

 

Houmed Msaidié a également évoqué la question des infrastructures routières. Il estime que les routes aux Comores ne sont pas en bon état même s’il a admis qu’une partie non-négligeable des localités a été raccordée. L’ancien ministre des transports et du tourisme a souligné la hausse des prix des billets de transports aériens. Il a indexé le coût très élevé des taxes aéroportuaires qui se distribuent entre l’ASECNA, l’AIMPSI et COM’AIR Assistance. Pour lui, ces taxes sont en grande partie à l’origine de cette hausse des prix. « Nous devons développer le tourisme dans notre pays et permettre la création de micros entreprises », a-t-il déclaré.

MeetingRADHI_Paris2

La première rangée

Au cours de son discours, le secrétaire général du parti RADHI promet à la diaspora de voter en 2016 lors des élections présidentielles prévues aux Comores. « Je vous affirme que la loi portant le droit de vote de la diaspora a déjà été votée à l’Assemblée. Pourquoi n’est elle pas promulguée ? Nous ferons tout pour que vous puissiez voter en 2016 » a-t-il avancé. Chose rare dans les meetings de ce genre, le parti RADHI a décidé de donner la parole au public. Diverses questions portant sur l’éducation, la santé, la justice, les finances.… ont été posées par l’assistance. Un dossier portant un projet sur l’hôpital El-Maarouf a été remis au Secrétaire Général du RADHI par les membres du mouvement « RILAMHA » présents dans le meeting. Houmed Msaidié a affirmé avoir pris en compte les doléances et a promis d’étudier le dossier avant de donner une réponse.

 

Les participants n’ont pas tardé à réagir par rapport au discours du Secrétaire Général de ce parti. « Msaidié est conscient des difficultés qui touchent notre pays d’après le discours qu’il a prononcé et nous espérons qu’il tiendra les promesses qu’il a faites », affirme Ahmed Mohamed, un citoyen présent dans la manifestation. Néanmoins, Harmia Djabir, une participante dit être déçue de l’allocution de Houmed Msaidié et déclare que : « C’est regrettable que le Secrétaire Général d’un parti politique, qui prévoit d’être candidat aux élections présidentielles a omis d’évoquer la question de Mayotte. J’estime que c’est une question cruciale car les Comores ont perdu des milliers d’habitants à cause de ce visa Balladur ».

 

Dans son projet, le parti RADHI prévoit de « consolider l’état de droit, préserver l’intégrité territoriale, valoriser les efforts de la diaspora, mieux gérer les finances publiques, lutter contre la pauvreté et les inégalités, construire les structures du développement et enfin diversifier les sources de développement ».

 

Houmed Msaidié et la délégation du parti RADHI prévoient de continuer le chemin vers Marseille où doit se tenir un autre meeting le dimanche 2 novembre 2014.

Natidja Hamidou

Source : Mlimengu

Summum, bukmun, umyun ….

Publié le 29/10/2014 à 14:35 par ridja Tags : société centerblog vie femmes
Summum, bukmun, umyun ….

 

Summum, bukmun, umyun ….

Broyée par une misère noire qui l’appauvrit de jour en jour, meurtrie par des multiples pénuries qui rendent sa vie intenable, ahurie par une corruption insolente qui tire vers le bas l’économie du pays, la population comorienne de la Grande Comore, a fini par montrer son exaspération, sa colère... L’ile est bien morte en ce mercredi 29 octobre 2014. Les commerces, les marchés, les épiceries, les ecoles, l'adminstration, les entreprises…. sont fermés. Les routes sont désertées par les automobilistes… C’est un cri de cœur que nos « sourds, muets et aveugles » n’entendront nullement pas. Ils évoqueront sûrement un complot destiné à déstabiliser le régime !!!

 

Le pays va mal et s’enfonce de jour en jour dans la précarité. Les services publics ne sont plus accessibles à la population. On assiste à une vaste privatisation des services publics de l’éducation, de la santé, de l’eau, de l’électricité….La population est à bout de nerfs.Elle veut des réponses à ses préoccupation quotidiennes de la part de ses dirigeants au premier rang duquel figure le Chef de l’Etat. Ce dernier, connait les rouages administratifs du pays pour avoir été Vice-président durant 5 ans. Il est temps qu’il remette en cause sa gouvernance nonchalante qui mène le pays vers le mur. Il est temps qu’il respecte les textes législatifs et règlementaires qui régissent ce pays. Il est temps qu’il fasse le grand nettoyage pour s’entourer d’équipes, d’hommes et de femmes honnêtes, intègres qui croient en l’avenir de ce pays, qui mettent en avant l’intérêt génal au détriment des intérêts partisans. Il est temps qu’il mette le holà à cette corruption insolente qui tue ce pays et contribue à la déliquescence à la dégénérescence de l'Etat, à l'affaiblissement des valeurs fondamentales de la société et à la dégradation des mœurs. Il est temps qu’il mette de l’ordre dans ce bateau « Comores » qui navigue à vue. Il est temps, il est temps… qu’il écoute enfin son peuple avant qu’il ne soit tard.

 

Comoresdroit

CONSTRUIRE LES COMORES DE DEMAIN : 2015/2030

Publié le 29/10/2014 à 14:10 par ridja Tags : centerblog enfants travail création musique femmes richesse image
CONSTRUIRE LES COMORES DE DEMAIN : 2015/2030
CONSTRUIRE LES COMORES DE DEMAIN 2015/2030

 

CONSTRUIRE LES COMORES DE DEMAIN 2015/2030

Vous souhaitez adhérer au RIDJA

 

« Mouvement Politique ambitieux, JEUNE et POPULAIRE»

 

 

 

« Femmes Comoriennes », car nous soutenons les femmes qui, chaque jour, se battent pour vivre dans les régions reculées de notre pays.

 

« Jeunesse Comorienne », car il faut préserver nos racines. Savoir d’où l’on vient, c’est notre richesse première, pour mieux préparer l’avenir.

 

« Honorables notables, gardiens de notre culture et de nos traditions»,

 

Vivre avec notre culture ne doit plus être un handicap.

 

Vivre dans la dignité, c’est apprendre à mettre en valeur toute la richesse culturelle de notre beau pays les Comores, s’en servir pour mieux vivre et s’affirmer

 

Votre Mouvement, le RIDJA, a pour objectif :

 

-D’œuvrer par tous les moyens légaux à construire une nouvelle vision de la politique aux Comores, basée sur le respect l’honneur et la dignité de l’homme Comorien conformément aux valeurs de tolérance et de fraternité héritées de nos ancêtres

 

-De dénoncer et combattre toutes formes de violence et de toute forme de discrimination, notamment celle faite aux personnes vulnérables vivant dans les régions éloignées

 

-D’entreprendre des initiatives d’éducation, et ce, par tous les moyens légaux pour promouvoir le SAVOIR, l’égalité et lutter contre les ghettos et l’ignorance.

 

NOUS SOMMES UN MOUVEMENT JEUNE ET DYNAMIQUE

 

Nos principales actions :

 

-Intervention en milieu scolaire et prévention sur le thème de lutte contre la violence et les drogues, information sur les moyens de contraceptions et mal-être de l’adolescent

 

-Débats publics

 

-Marche blanche, manifestations, pétitions de lutte contre les injustices

 

-Réunion des groupes de travail sur tous les thèmes qui concernent l’Avenir des Comores

 

-Soutien scolaire

 

-Création d’une bibliothèque destinée aux élèves et aux étudiants de l’Université des Comores

 

-Autres (atelier, mosaïque, atelier musique)

 

-Actions sociales notamment création d’un dispensaire pour personnes âgées et les enfants

J'adhère au RIDJA et mengage à défendre ses idées et ses valeurs fondatrices .

 

AVEC LE RIDJA CONSTRUISONS LES COMORES DE DEMAIN

BP : 1905 MORONI /COMORES

changementcomores2016@saidlarifou.com

saidlarifou2016@gmail.com

L'opération île morte a été une parfaite réussite

Publié le 29/10/2014 à 11:28 par ridja Tags : vie moi chez enfants amis travail dieu
L'opération île morte a été une parfaite réussite

Aujourd'hui, nous avons fermé boutique. Demain, nous scanderons des slogans.

 

L'opération île morte a été une parfaite réussite. Aucun commerce ouvert, Volovolo déserté. Le mot d'ordre a été suivi dans toute l'île.

 

Cependant, la machine de désinformation massive a été activée. " Non, la ville n'est pas morte". " Non, seules quelques personnes ont répondu à l'appel". " Oui, les Comoriens soutiennent l'action du président Ikililou". Oui, mes amis, la campagne de désinformation a... commencé. Et ce n'est que le début.

 

Les manifestations seront encore plus nombreuses ainsi que les intimidations. Peut-être que les gens ne se sont pas rués sur la place de l'indépendance. Oui, ils n'étaient pas très nombreux. Mais ce n'est pas le plus important, à mon sens. Le plus important c'est de voir que des centaines de personnes ont suivi le mouvement et n'ont pas ouvert leur boutique.

 

Le plus important, c'est de voir que toutes les rues commerçantes ont été absolument désertes. Le plus important selon moi, est que les gens se soient enfermés chez eux. N'oublions pas que ces gens là ont peur. Qu'ils peuvent se faire virer pour un like, ou une présence à la place de l'indépendance.

 

Ce qu'ils pouvaient de mieux, c'était rester chez eux. Fermer leur boutique. Leur boulangerie. Sacrifier une journée de travail ( alors que Dieu seul sait à quel point la vie est difficile) était la seule réponse possible. Et ils l'ont fait. Les Comoriens l'ont fait. Laisser son taxi. Ne pas vendre ses fruits. C'était ce qu'ils pouvaient faire. C'est ce que le pays attend de ses enfants. Petit à petit. Nous réapprenons à agir en tant que citoyens.

 

Aujourd'hui, nous avons fermé boutique. Demain, nous scanderons des slogans. Petit à petit. Comores, je t'aime. Le meilleur, Inshallah!

 

Faïza Alwatwan

ELECTIONS:Fahmi tire à boulets rouges sur ikililou Dhoinine

Publié le 29/10/2014 à 10:59 par ridja Tags : roman pouvoir bonne fond livre art voyage
ELECTIONS:Fahmi tire à boulets rouges sur ikililou Dhoinine

 

 

Interview

 


 Fahmi Said Ibrahim : « Le président... tâtonne et on assiste à un bal de décrets »

 

 

 

De retour d’un voyage à l’extérieur, l’avocat et président du parti pour l’entente des Comores (PEC) Me Fahmi Said Ibrahim se livre à La Gazette/Hzk-presse sur l’actualité politique du pays notamment le dernier arrêt de la cour qui prête à la confusion.

 

 

 

LGDC : La cour constitutionnelle vient de délibérer en faveur de la requête de l'opposition, peut-on dire que l'opposition s'est-elle laissée piégée?

 

 

 

F.S.I : Non, absolument pas. La légalité ne se décline pas en termes de piège. La Cour me semble avoir fait dans le fond, une bonne interprétation de la loi et l'opposition, à travers Mahamoud Ali Mohamed, a eu raison de la saisir pour faire constater l'irrégularité du dernier décret. En convoquant le collège électoral avant la publication des listes, le président Ikililou a violé la loi. Par ailleurs, ce qui est regrettable, c'est l'incapacité avérée du chef de l'Etat à organiser ces élections. A sa décharge, je dirai à ceux qui soupçonnent Ikililou de ne pas vouloir organiser ces scrutins, qu’ils ont tort. Le président est de bonne foi, il veut sans conteste les organiser mas il n’en est juste pas capable. Depuis début septembre il tâtonne et on assiste à un bal de décrets tantôt signés par le président tantôt signé par Nourdine Bourhane et enfin par Ikililou lui-même sans toutefois parvenir à organiser le triple scrutin, le premier de sa mandature faut-il le rappeler, dans les temps. Cela fait un peu désordre et pas sérieux, heureusement qu'il n’y en a pas cinq à organiser… C'est triste.

 

 

 

LGDC : L'arrêt en question comporte des ambiguïtés, y a-t-il volonté délibéré de la part de la haute cour ou quoi au juste?

 

 

 

F.S.I : Il est vrai que la décision de la Cour soulève quelques interrogations. Elle soutient que le décret est régulier tout en ordonnant d'établir un nouveau calendrier pour se conformer à la loi. Mais le calendrier électoral invalidé par la Cour ne faisait-il pas partie du dispositif du décret ?

  

 

LGDC : Ce énième report ne conforte pas ceux qui disent qu’il y a certaines personnes qui font tout pour qu’il n’y ait pas d'élection?

 

 

 

F.S.I :Très probablement certains se frottent les mains en espérant que ces élections seront reportées puis reportées encore mais devrions nous, pour autant, accepter la violation permanente de la loi et des textes en vigueur par le garant de la Constitution, qui est le chef de l'Etat, sous prétexte que nous devons organiser vaille que vaille les élections? À mon avis non. La république a ses exigences au premier rang desquels se trouvent la légalité puis la légitimité. Ce n'est pas par ce que l'on est élu que l'on doit s'assoir sur la légalité et mépriser le peuple détenteur de la souveraineté. C'est malheureusement ce à quoi nous assistons. Regardez, je vais vous donner un exemple de la légèreté de ce gouvernement. L'opinion a relevé des fautes matérielles, nonobstant les illégalités des dispositifs des décrets, qui entachaient la crédibilité de notre Etat et de notre président dans les trois derniers décrets. Le chef de l'Etat dans son dernier décret signé hier soir est truffé de fautes. Je prends juste un exemple: L'art 3 du décret du 25 octobre 2014 qui fixe la date limite de dépôt des candidatures énonce la date du lundi 23 novembre alors que le lundi c'est le 24. Maintenant on peut se poser légitimement la question de savoir si la date limite sera le lundi 24 ou dimanche 23? Je ne cite que cet exemple parmi tant d'autres notamment le point B de l'art 4. Voyez-vous, la légèreté avec laquelle on exerce le pouvoir au sommet de l'Etat nous gêne un peu par ce qu'elle porte un coup dur à la nation toute entière.

 

 

 

Propos recueillis par Maoulida Mbaé

La gazette des Comores

 

 

 


DERNIERS ARTICLES :
La félonie du régime Ikililou
    La journée "île morte" observée en Grande-Comore mercredi n'est peut être que l'expression de l'exaspération d'une population "ligotée", de la tête aux pieds, par la
SAMBI ET JUWA EN DISGRÂCE ?
  Malgré une campagne de communication tambour batant, malgré une véritable persuasion d'un "projet" dit de société, malgré aussi des moyens financiers colossaux déployé
Blaise compaoré :27 ans au pouvoir, 1 jour pour tomber
Blaise Compaoré n’est plus président de la République du Burkina Faso ! Le glas de son règne est sonné par l’annonce de la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée
Le puissant gouverneur d'Anjouan défie SAMBI !
Sambi : « A trois reprises, j’ai été offensé ! » Au mois de septembre dernier, lors d’un grand rassemblement à Ouani ,Anissi Chamsidine avait déclaré que son gouvern
Le bras de fer avec le pouvoir ne fait que commencer
Le bras de fer avec le pouvoir ne fait que commencer   La consigne pour « l’opération île morte », décrétée par la société civile a été massivement respectée. L’île d
forum