LE CHANGEMENT, C'EST MAINTENANT !
TOUS ENSEMBLE CONTRE LES CRIMES ECONOMIQUES

Thèmes

afrique amis annonce argent article background bande belle blog bonne cadre cadres

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· ARTICLES (161)
· COMMENTAIRES (1)
· COMMUNIQUES (0)
· CULTURE (0)
· DECES (2)
· ETUDIANTS (0)
· FEDERATION D'ANJOUAN (0)
· FEDERATION D'EGYPTE (0)
· FEDERATION DE LA REUNION (0)
· FEDERATION DE MAYOTTE (0)
· FEDERATION DE MOHELI (0)
· FEDERATION DE NGAZIDJA (0)
· FEDERATION GUINEE CONAKRY (0)
· FEDERATION LYON (0)
· FEDERATION MAROC (0)
· FEDERATION MARSEILLE (0)
· FEDERATION MAURICE (0)
· FEDERATION PARIS (0)
· FEDERATION SENEGAL (0)
· HISTORIQUE (0)
· HOMMAGE A DR KASSIM (2)
· INTERVIEW (1)
· JUSTICE POUR LES VICTIMES DU YEMENIA (1)
· LES LIVRES PUBLIE PAR SAID LARIFOU (2)
· MOHELI 2010 (0)
· NOTRE PROGAMME (2)
· PHOTOS (0)
· PLAINTE : SOUSCRIPTION NATIONALE (0)
· PLAINTE :CRIMES ECONOMIQUES (0)
· PRESENTATION DE NOTRE PRESIDENT (0)
· PRESIDENT DU RIDJA SAID LARIFOU (0)
· SG ABDOU SOIMADOU (0)
· VIDEOS (4)

Rechercher
Derniers commentaires Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Articles les plus lus

· Un homme dévore le sexe de sa femme à Anjouan
· IMANY, ARTISTE MUSICIENNE ORIGINAIRE DES COMORES
· Le parti RIDJA investit les places publiques
· TRIBUNE LIBRE :LE BLOG MLIMADJI CONTRE -ATTAQUE
· Ces zarabes qui bâtissent la Réunion

· REGLEMENT DE COMPTES OU ASSASSINAT?
· MOHELI 2010
· Match amical:"Comores-OM"
· La côte d'ivoire sur le sentier de la guerre
· Ridja : La visite de SAMBI n'a rien d'officielle
· AVIS DE RECHERCHE : Un député en cavale
· LA FAMILLE D'AKHIM KARI PLEURE SON FILS AÎNE
· LE CHEF DE CORPS DE L'ARMEE ASSASSINE
· LE COLONEL COMBO AYOUBA, CHEF DE CORPS DE L'AND
· HAWASSI: GASTRONOMIE COMORIENNE

Voir plus 

Blogs et sites préférés

· webcomores
· corruptionzero
· JOCOMORES
· LEMOHELIEN.COM
· NARAGARILWA
· MLIMADJI
· HZK
· FIGARO
· Clicanoo
· Alwatwan


Statistiques

Date de création : 15.05.2009
Dernière mise à jour : 24.04.2014
5501articles


Photos

Affaire Boléro: Communiqué du comité des Sages

Publié le 24/04/2014 à 08:13 par ridja Tags : extrait histoire
Affaire Boléro:  Communiqué du comité des Sages

Communiqué du Comité des Sages Mr Bolero, Directeur de cabinet du Chef de l'Etat a accusé le Président Said Mohamed Cheikh, à la télévision nationale, d'avoir transferé la capitale de Dzaoudzi à Moroni.

 

Le collège des sages consdière avec gravité qu'il s'agit d'une livraison tronquée de l'histoire récente des Comores et en même temps une profanation de la plus grande personnalité emblématique du pays. Plus grave encore, il a aussi traité les wangazidja des putschistes.

 

Choqués les Wangazidja considèrent les propos de Mr Bolero comme une provocation.Dans ce débat, certains demandent au Chef de l'Etat des sanctions fermes contre Mr Bolero; mais il y a aussi l'action reportée des notables de Ngazidja.Le collège des sages relève cette provaction extrème, mais ne veut pas laisser croire que ces propos sont d'un réprésentant d'une île.

 

Notre association se préoccupe plus de livrer la vérité de l'histoire des Comores concernant l'implantation de la capitale des Comores à Moroni. Cette vérité est un extrait des travaux de l'antrhropologue Damir Ben Ali.

 

Pour en savoir davantage, un autre document du même auteur répond à la question : qui est Said Mohamed Cheikh? Moroni,

 

RETAJ le 23 Avril 2014 Le Collège des Sages

LE CHEF DE LA DIPLOMATIE RECLAME LA PART DE LA DIASPORA

Publié le 23/04/2014 à 19:43 par ridja Tags : monde bonne cadre soi anniversaire
LE CHEF DE LA DIPLOMATIE  RECLAME LA PART DE LA DIASPORA

DIASPORA : 675 MILLIONS D’EUROS TRANSFERES AUX COMORES EN 2013


Le ministre de relations extérieure réclame la part de la diaspora


Opportunités d’emploi, d’investissement et de marché; mesures incitatives fiscales et douanières à accorder à la diaspora en matière d’investissements privé et social; problématique du retour/visite au pays de la diaspora à savoir des formalités administratives; structures de gestion de la diaspora comoriens, associations diasporiques, ce sont les thématiques qui ont été discutées au cours d’une conférence débat organisé à Mkazi vendredi dernier dans le cadre de la célébration de la 8eme anniversaire de la télévision comorienne. Présidé par Al-Anrifou Said Hassane ministre des relations extérieur, qui réclame une bonne gestion aux contributions financières de la diaspora surtout à la construction du pays, cette conférence a eu la participation du président de la chambre de commerce, du directeur de l’ANPI, et le président du conseil d’administration de la Meck- Moroni. Devant une foule composé des autorités politiques, et des notables, le ministre à clarifié les dispositions prises par le gouvernement pour soutenir les comoriens de l’étranger.


S’il y a une épreuve des comoriens qui sont actifs en ce moment, ce sont bien nos compatriotes de la diaspora. Malgré leurs contributions financières énormes, il leur en est davantage demandé. Bien que la problématique de leur droit de vote est toujours enfermée mais, nos frères de la diaspora ont trouvé une voix qui plaide en leurs faveurs. « Il est important que cette population aussi dynamique participe exactement à l’œuvre de reconstruction que nous avons engagée. Nous savons tous que la diaspora joue entièrement son rôle, qu’elle porte sa part. Les comoriens de l’extérieur participent activement à la construction de leur pays, mais nous savons qu’aucune perspective d’avenir n’est établi pour un éventuel retour au pays », a déclaré le ministre des relations extérieurs.


Cette conférence est selon les organisateurs, destinée à réfléchir sur les compatriotes vivant à l’étranger. Et à en croire les statistiques, ils constitueraient les 2/3 de la population comorienne soit environ plus de 400 000 personnes qui vivent à l’extérieur. Donc, il va de soi qu’il soit organisé une pareille rencontre à leur intention. De nombreuses voix parlent d’une exclusion en règle. En tout cas, ils sont nombreux, les compatriotes qui vivent à l’étranger à se sentir indésirables et fulminer de colère sur la toile. Et pourtant, le ministre des relations extérieurs confirme que le gouvernement, le pays en particulier a besoin de leurs expériences et leurs intelligences. « Ils sont nombreux nos compatriotes qui ont les capacités intellectuelles et qui dirigent des grandes sociétés étrangères », a-t-il reconnu.


675 millions d’euros transférés en 2013


Plus de 332 milliards de nos francs c’est le montant des transferts de fonds effectués par les compatriotes de la diaspora aux Comores en 2013, d’après les statistiques rendues publiques par la Banque centrale des Comores. Des transferts qui représenteraient environ le double du budget de l’Etat comorien, un montant qui serait encore 3 fois supérieur aux appuis budgétaires que les partenaires techniques et financiers ont accordés aux Comores sur la même période. C’est à ce fort constat que le ministre comorien de relations extérieures a mis l’accent sur la gestion de la diaspora comorienne pour les attirer davantage à investir à travers la chambre de commerce, l’ANPI et la Meck-Moronie. C’est un clin d’œil actif aux compatriotes de la diaspora à transférer davantage de fonds et à venir investir dans des projets porteurs. Ce sont simplement leurs proches et les populations en général qui se porteraient mieux si ces concitoyens transféraient plus de fonds. Mais la question est de savoir s’il leur sera réservé l’accueil voulu s’ils consentent revenir au pays et investir dans des secteurs. « Nous sommes au courant des aventures malheureuses de certains de nos camarades qui ont essayé de revenir s’installer au pays. Mais la plupart de cas, c’est nos familles qui ne nous préparent pas un avenir et une meilleure insertion économie. Mais en réalité nos frères et nos sœurs veulent revenir et contribuer au développement du pays », a-t-il justifié le ministre de relations extérieurs.


Le droit de vote adopté


Le programme vise à permettre aux compatriotes de l’extérieur de participer à la construction du pays, à l’œuvre de développement, bref de jouer leur part malgré la distance était au centre de cette conférence débat. Mais avant de demander ces faveurs à la diaspora, ne faut-il pas lui permettre de jouir d’un de ses droits fondamentaux, celui de participer au choix des dirigeants de son pays natal ? Presque tous les pays permettent à leurs ressortissants vivant à l’étranger d’exercer leur droit de vote. Le ministre a confirmé que la loi sur le voté des comoriens de l’étranger est adopté. Ils seraient plus de quatre cent mille 400 000 de compatriotes, soit le deux tiers de la population totale, à vivre hors des frontières. Et tout ce beau monde est écarté du choix des dirigeants comoriens.


Nakidine Hassane

Al-fajr: 100 ème numéro, l'aventure continue

Publié le 23/04/2014 à 17:34 par ridja Tags : fond travail pensée infos
Al-fajr:  100 ème numéro, l'aventure continue

Edito :

100 ème numéro, l’aventure continue

 

Né le 15 novembre 2013, Al-fajr publie aujourd’hui son centième numéro. Cet «anniversaire» est l’occasion pour nous de retracer son évolution. Dans son premier numéro, intitulé numéro zéro, nous avions annoncé notre ligne éditoriale. Elle n’a pas changé, seulement elle a évolué.

 

Certaines plumes ont levé l’encre, d’autres y apparaissent. C’est ainsi. Au passage, nous remercions ceux qui ont cru et qui continuent toujours à croire en ce projet.

 

Nous sommes sensiblement reconnaissants de l’assiduité de nos lecteurs, de leur fidélité qu’ils en témoignent chaque jour en faveur d’Al-fajr. Ce 100è numéro que vous détenez entre les mains est le résultat de votre littéralité quotidienne.

 

Nos jeunes journalistes et toute l’équipe d’Al-fajr sont fiers de vous servir, de poursuivre cette aventure. Oui, une aventure puisque c’est de cela qu’il s’agit.

Dans une autre«époque», on aurait, avec vous, célébré ce 100è numéro autrement, comme des fêtards. Mais seulement, nous réalisons que les Comoriens, toutes catégories sociales confondues, vivent dans une situation de précarité.

 

Nous partageons les mêmes douleurs qu’éprouvent nos concitoyens. Les fonctionnaires de ce pays espèrent, vainement, obtenir leurs salaires, leurs droits… Al-fajr se place derrière cette catégorie. Nous avons une pensée aux sinistrés du village de Mahalé. Néanmoins, l’existence d’Al-fajr relève à la fois de la nécessité et du contexte du pays.

 

Al-fajr, la forme.

Une marque, une seule, Al-fajr, la nôtre. Le soleil se lève au dessus de trois dernières lettres, reflétant quatre rayons en guise de représentation de nos quatre îles formant l’archipel des Comores. Un tiré sépare les deux premières lettres des quatre autres. C’est notre emblème.

 

La maquette du journal a évolué, le design aussi. Le directeur artistique d’Al-fajr, certainement l’un des meilleurs sur la place, vous apporte une lisibilité sur les écrits. Jour après jour, il apporte son expertise. Plusieurs projets d’innovation sont en perspective. Bientôt, Al-fajr fera son entrée dans le net, un site est en confection. Il s’ajoutera à la page facebook (Al-fajr Quotidien) déjà mise en ligne depuis quelques temps. Au moment venu, nous vous l’annoncerons volontiers.

 

 

Al-fajr, le fond.

Après cinq mois et neuf jours d’existence, Al-fajr prend son élan d’envole. Après vingt semaines de publication, le journal garde toujours son indépendance dans le traitement de l’information.

 

Car, Al-fajr est tout sauf un slogan. C’est un combat, renouvelé chaque fois les valeurs de la République mises en cause par certains esprits malveillants. Certaines de nos couvertures vous ont rudement prouvé cela. Les journalistes d’Al-fajr savent bien faire leur travail, avec fougue et sérieux.

 

Nous mettons en perspective les événements, recoupons inlassablement les infos avant de les livrer à nos lecteurs. Nous croyons en effet à un journalisme d’investigation, d’analyse, d’éclairage et de décryptage.

 

Le président de la République lui-même l’a sollicité lors d’un discours à la nation au tout début de son mandat. Nous sommes déterminés, donc, à faire le boulot.

 

Rien, absolument rien, ne sera toléré. Il est de notre devoir de dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité, et c’est en raison du droit que le lecteur a de connaitre.

 

Si le droit à l’information, à la liberté d’expression et à la critique est une des libertés fondamentales de tout être humain, nous croyons aussi à la liberté du ton, la nôtre.

 

Dans cette République, il est capital que chacun joue son rôle. On sait que le politique, peu ou prou, n’est pas innocent dans la gestion du pays. On veillera sur lui, on ne le lâchera point. Notre rôle à nous est de dénoncer, sans répit, les mauvaises pratiques qui ont tant laminé notre pays. Car, il y a beaucoup de loups qui courent sans arrêt. Nous mettrons aussi en perspectives les Comoriens qui travaillent durement, jours et nuits, pour tirer le pays vers le haut.

 

Pour le coup, le journal Al-fajr est le vôtre. C’est à nous d’être à votre écoute pour une meilleure amélioration à nos pratiques, à l’innovation. Tout cela pour un seul et unique objectif : répondre au plus près à vos besoins et attentes pour lesquelles nous avons un devoir professionnel.

 

ABDOUL. AZ. YOUSSOUF

HUMANICOM TOUJOURS DANS SON ELAN : MERCI Dr NADJWA ABBAS

Publié le 23/04/2014 à 13:40 par ridja Tags : pub enfants france photo fille voyage concours

Humanicom a réalisé la dixième évacuation sanitaire

 

Mission de Mcc aux Comores : Quinze enfants seront opérés en France

 

 
 

 

L’association HUMANICOM poursuit ses actions humanitaires avec l’évacuation d’une petite fille de 11 mois, souffrant d’une malformation du palais et de la lèvre supérieure. Le convoyage est assuré cette fois-ci par un des membres de l’association qui a accompagné la petite fille jusqu’en France, où elle sera accueillie et prise en charge par l’association Espoir pour un enfant.

Toujours dans son élan humanitaire, l’association HUMANICOM franchit une étape en assurant le convoyage d’une petite fille âgée de seulement 11 mois, Hizba, souffrant d’une malformation connue sous le nom de « Bec de lièvre ». La petite fille a été accompagnée par Yasmina Chouzour, l’une des membres fondateurs de l’association et chargée des évacuations sanitaires : « La petite Hizba est entre de bonnes mains. Ma mission consiste à faire le voyage avec elle jusqu’en France. Une fois arrivées, l’association française Espoir pour un enfant viendra la récupérer et s’occupera d’elle ».

 

L’association HUMANICOM, qui pour rappel, lutte pour les enfants malades du cœur et ceux ayant la malformation dont souffre la petite Hizba, s’est engagée à faire évacuer 17 enfants dont les cas ont été diagnostiqués critiques par des médecins venus de France, partenaires de l’association. Trois convoyages ont ainsi déjà été réalisés, soit 9 enfants évacués. Le nombre s’élève donc à 10 avec l’évacuation de la petite Hizba.

 

Jusqu’ici, des membres de l’association Aviation Sans Frontières assuraient le convoyage, Paris-Moroni-Paris. « C’est une première pour nous. Nous avons toujours accueilli les convoyeurs venant de France et qui faisaient les navettes entre la France et les Comores. Cette fois-ci, c’est nous qui faisons le voyage. On espère que tout se passera bien et que Hizba ne souffrira pas du long trajet », déclare Yasmina Chouzour avec dans ses bras, la petite fille.

 

HUMANICOM, qui travaille avec des associations françaises (Mécénat Chirurgie Cardiaque et Espoir pour un Enfant), s’engage à faire évacuer les enfants en France là où ils bénéficieront gratuitement des soins dont ils auront besoin et ce, grâce au concours de ces deux associations.

C.S.

Opinion: HAMIDOU BOURHANE ACCUSE BOLERO ET AZALI !!

Publié le 23/04/2014 à 12:35 par ridja
Opinion: HAMIDOU BOURHANE ACCUSE BOLERO ET AZALI !!

Son Excelence, Mr BOURHANE Hamidou, Président de l'Assemblé national de l'Union des Comores

 

L’operation de destabilisation ayant visé le Président de l’Assemblé national comorienne, son Excelence Mr BOURHANE Hamidou, le 13 Avril 2014 à Orly, a été conçue et commanditée par le Directeur de cabinet du Président de l’Union des Comores,BOLERO, et exécutée par ses acolytes de la C.R.C d’AZALI, puis à travers un choffeur de l’Ambassade des Comores à Paris surnommé «POT».

 

Ces homes habitués aux sales besognes ont agi et continuent d’agir sans scrupule contre les interets du peuple comorien. Les localités des Comores et la diaspora ont promis d’organiser un ‘’hitma’’ contre ces énnemis de la Nation.

 

Ils sont si cyniques qu’ils sont prets à déstabiliser l’Etat comorien, à porter atteinte à l’integrité physique du President de l’Assemblé nationale, son Excellence BOURHANE Hamidou, jusqu'en déhors meme du pays.

 

Une acte ignoble a convaincu cette fois les comoriens, tant de l’interieur que de l’éxterieur, qu’ils sont les pires éspèces que leur pays aient jamais connues.

 

Les méthodes de gouverenement à la stalinienne sont révolues. Le complot de BOLERO et d’AZALI contre l’Etat comorien pour pouvoir se frayer un bout de chemin a été découvert ; ils s’obstineraient à recidiver sous d’otres formes.

 

Ces derniers ont la mémoire courte : les comoriens ont toujours en mémoire les pires moments du regime AZALI ponctués par des actes de haute trahison, de dictature, de dénigrement et de mépris ; BOLERO ne pourra jamais faire oublier par ses actes criminels ses insultes proferées récemment contre les grands-comoriens.

 

« L’enfant de Hambou et du pays, BOURHANE Hamidou, triomphera des ennemis du peuple comorien ! »

 

Signé Cellule de Riposte!!!

Bourhane Hamidou

Pour le droit de vote des Comoriens de l'extérieur dès 2016

Publié le 23/04/2014 à 12:09 par ridja Tags : vie enfants travail carte pub
Pour le droit de vote des Comoriens de l'extérieur dès 2016

Pour le droit de vote des Comoriens de l’extérieur dès 2016

 

 
 

La loi portant modification du code électoral m’incite à faire appel à votre âme et conscience, car nul n’est censé ignorer les droits civils et civiques des Comoriens de l’intérieur et de l’extérieur, à moins qu’on veuille créer un précédent dangereux pour tout le pays, les Comores, que nous aimons tous.

Messieurs les Députés, votre mandat se termine à la fin de cette année 2014. Il est de votre dignité et de votre honneur d’exiger, par votre VOTE solennel, le recensement des Comoriens de l’extérieur et leur inscription sur les listes électorales, ici et maintenant. C’est un droit inaliénable et imprescriptible qui prend forme déjà du fait indéniable que, les Comoriens émigrés et leurs enfants disposent, désormais, d’une carte nationale comorienne biométrique.


Voilà une base de données concrète sur lesquelles les Ministères de l’Intérieur et des Affaires Etrangères de l’Union des Comores doivent se servir pour le recensement des Comoriens de l’extérieur.

 

Jusqu’à nos jours, les agents chargés de l’inscription des Comoriens de l’intérieur sur le fichier électoral continuent encore à recenser dans les îles de la Grande Comore, d’Anjouan et de Mohéli. C’est la première phase amorcée sur le sol national. Tout pour lancer, dès maintenant, une deuxième phase d’inscription des Comoriens de l’extérieur sur le fichier électoral, pour une mise en application de leur droit de vote à partir de l’élection présidentielle de 2016.

 

Vous, Messieurs les députés qui assumez la responsabilité passionnante de représenter le peuple comorien, ne devriez surtout pas souscrire à une loi qui porterait un coup fatal au pays, à sa cohésion sociale, sa stabilité politique et à son unité qui lie les Comoriens de l’intérieur et de l’extérieur. La Nation a besoin de toutes ses composantes de l’intérieur et de l’extérieur pour sortir du sous-développement. Ainsi donc Vous, Messieurs les Députés, avez les prérogatives :

 

De rejeter l’injustice, de refuser de légaliser l’illégalité et de dire Non à la division des Comoriens de l’intérieur et de l’extérieur.

Sur la base de l’exaltante mission et de la lourde charge que le peuple comorien vous a confiées par le suffrage universel, il vous incombe, Vous Messieurs les Députés :

De préserver les droits civils et civiques pour tous, de donner du sens à l’engagement politique des Comoriens émigrés et de respecter la communauté de destin qui unit les Comoriens de l’intérieur et de l’extérieur.

 

L’engagement de chacun de vous-même, pris individuellement, et votre responsabilité vis-à-vis de tout un peuple qui aspire à la Paix civile, doivent guider Votre vote à l’Assemblée pour redonner confiance à tous les Comoriennes et Comoriens dans l’action politique

 

Vous, honorables élus du peuple, avez l’obligation de défendre, à chaque instant, l’unité nationale de tout un peuple et la paix civile, comme chacun protège les prunelles de ses yeux.


Personne ne doit avancer tête baissée ni fermer les yeux, puisque notre cher et bien aimé pays entre dans une nouvelle ère.

 

Pour redonner confiance aux Comoriens de l’extérieur

 

Vous, Messieurs les députés, devez faire preuve d’exemplarité et barrer la route aux hommes politiques mal intentionnés qui ne pensent qu’à leurs intérêts personnels. Et personne ne doit s’en tenir à une vision partisane, égoïste et humiliante qui risque de mettre en péril l’intérêt supérieur de la Nation.

 

L’engagement de chacun de vous-même, pris individuellement, et votre responsabilité vis-à-vis de tout un peuple qui aspire à la Paix civile, doivent guider Votre vote à l’Assemblée pour redonner confiance à tous les Comoriennes et Comoriens dans l’action politique. Personne ne doit avancer tête baissée ni fermer les yeux, puisque notre cher et bien aimé pays entre dans une nouvelle ère.

 

Par leurs calculs, leurs peurs et leurs craintes de voir émerger de nouvelles têtes sur la scène politique, les initiateurs et rédacteurs du projet de loi portant modification du code électoral ne visent qu’un seul et unique but arbitraire : tout faire pour garder le pouvoir, à n’importe quel prix, jusque et y compris par la force des armes comme au vieux temps et à la triste période des mercenaires qui veulent revenir en force aux Comores. Plus jamais ça !

 

La vie politique démocratique à laquelle les Comoriennes et Comoriens aspirent pour toujours exige la mobilisation de toutes et tous pour s’opposer aux coups d’état d’où qu’ils viennent et qu’ils soient militaire ou constitutionnel.

Que chacun de vous se souvienne de la mission qui vous est assignée ; celle qui consiste à apporter à la démocratie et à la qualité du travail législatif la cohérence pour un positionnement politique et un rapport de forces opposés au narcissisme, aux compromissions et aux concessions.

 

Et aucun élu ne doit accepter d’orienter les Comores vers l’abîme et le chaos, car les Comoriens ont dorénavant les yeux grand-ouverts et gardent toujours à l’esprit les luttes héroïques, menées tant d’années, pour la reconquête de la démocratie, au prix de sacrifices mémorables.

 

Ahmed Wadaane Mahamoud

Vente illégale des passeports comoriens

Publié le 23/04/2014 à 11:10 par ridja Tags : cadre fille
Vente illégale des passeports comoriens

 

Juste

 

Vente illégale des passeports comoriens : liberté provisoire sous caution accordée à Housnati Ismaël

 

La dernière personne, qui a été encore en détention dans le cadre de l’affaire de vente illégale de passeports comoriens, a obtenu la liberté provisoire sous conditions depuis hier. La chambre d’accusation a, en effet, accordé cette liberté à Housnati Ismaël, sous une caution de huit millions de francs, dont quatre payables à la sortie et le reste dans un délai d’un mois.

Cette décision survient un mois après la liberté sous caution accordée à Abou Achirafi Ali, l’ex-directeur national de la sureté du territoire (Dnst), poursuivi pour détournement de deniers publics dans cette affaire de vente illégale des passeports comoriens à des étrangers.



Me Azad Mzé, avocat de Housnati Ismaël, a déclaré «se soumettre à la décision de la justice».Selon une source proche du dossier, les avis divergeaient sur la liberté provisoire sous caution accordée à Housnati Ismaël. Un des conseillers de la Cour d’appel se serait argumenté sur le fait que «cette fille, qui était une des collaboratrices du patron de la Dnst, avait reconnu avoir touché une commission sur chaque passeport vendu. La chambre d’accusation aurait pu fixer sa caution en fonction du calcul qui serait fait entre la commission touchée et le nombre de passeports vendus».



Cependant, au moment où les prévenus cités dans cette affaire ont recouvré la liberté provisoire, un mandat d’arrêt international a été lancé à l’encontre de l’ancien l’ambassadeur des Comores à Abu-Dhabi, Zoubeir Ahmed Soufiane.
Interrogée sur le fondement de cet acte, la procureure de la République a déclaré que cela relève du secret de l’information.



Mm

Alwatwan

LA PHOTO DU JOUR: MANIFESTATION A MORONI

Publié le 23/04/2014 à 10:15 par ridja
LA PHOTO DU JOUR: MANIFESTATION A  MORONI
La Maman de IRCHAD ABDALLAH à droite,    le 19 avril 2014 à Moroni .

 

La crise énergétique s'accentue à Ngazidja

Publié le 23/04/2014 à 10:10 par ridja Tags : vie société voyages
La crise énergétique s'accentue à Ngazidja

Comores / La crise énergétique s'accentue à Ngazidja

 

Moroni, mercredi 23 avril 2014 (HZK-Presse) – La Ma-mwe est dans l’incapacité de fournir de l’électricité à ses clients. Il faudra plus de 12 mégas pour alimenter toute l'île alors qu'actuellement, avec les dix groupes, elle produit que 6 mégas. La société peine à alimenter les groupes opérationnels en carburant depuis que le prix du gazole a grimpé de 250 à 400 francs.

 

La société Ma-mwe n'arrive plus à alimenter régulièrement la capitale. Moroni est désormais privée d'électricité tous les après-midi et certains quartiers se retrouvent dans le noir à partir de minuit. Les régions reculées de l'île se contentent de quelques heures par semaine. La société nationale d'eau et d'électricité peine à acheter le carburant nécessaire pour alimenter ses groupes électrogènes.

 

Le prix du gazole est passé à 400 francs et la société comorienne des hydrocarbures exige le paiement cash avant la livraison. « On n'a pas assez de moyens, donc on se procure le carburant qu'on peut et on produit la quantité possible », a déclaré à La Gazette des Comores, le chef du département communication, Fayssoil Moussa.

 

Un groupe consomme 300 litres par heure, à charge optimale. Selon nos informations, 3 des 6 groupes de la centrale de Voidjou sont opérationnels. La production actuelle s'élève à 3.900 kilowatts pour la centrale de Voidjou. Celle d'Itsambouni ne produit que la moitié de sa capacité, pas plus de 2.500 kilowatts. Mais la quantité limitée de gazole disponible ne permet pas à la Ma-mwe de mettre en marche ses 3 groupes et de produire assez d'énergie pour alimenter la capitale.

 

Un expert en génie électrique a fait observer que les groupes de la Ma-mwe ne sont pas adaptés pour une centrale thermique comme la notre. Ils ne devraient servir qu'en cas de force majeurs et non régulièrement.

 

Les groupes chinois n'ont toujours pas été remis officiellement aux autorités comoriennes depuis leur installation. Une source de la centrale Voidjou a même confié à La Gazette des Comores que les clés devaient être remises à la Ma-mwe mais que la direction de la société a fait comprendre qu'elle était incapable de se procurer le carburant nécessaire pour les mettre en marche. La situation financière de l'établissement est sérieusement alarmante.

 

Autre mauvaise nouvelle, la centrale chinoise ne peut produire que 3.200 kilowatts à raison de 800 kilowatts par groupe. Le chargé de communication a laissé entendre que c'est l'huile des transformateurs attendu de Pékin qui retarde le lancement officiel des groupes chinois.

 

La direction de la Ma-mwe attend que le gouvernement négocie avec la SHC pour rabaisser le prix du gazole ou qu'il subventionne une énième fois la société, sachant que cette dernière option n'est pas une solution viable pour les habitants de l'île qui devraient, dans ce cas, s'attendre à revivre la même crise dans les mois qui suivront.

 

La généralisation des compteurs à cartes aurait peut être pu éviter à la société de produire et vendre à perte. Cette politique d’Alphonse Mlanao a sans doute réussi à limiter les fraudes et a réduit le nombre de mauvais payeurs. Les clients doivent payer avant de consommer, ce qui n'est pas le cas pour plus d'un quart des foyers des régions de l'île, privés d'électricité au quotidien.


L'ex directeur Oumara Mgomri s'était peut être lui aussi rendu compte des pertes énormes enregistrées. Il avait soutenu, au cours de son dernier face-à-face avec la presse, qu'aucun directeur pendrait le risque d'alimenter les régions de l'île 24h/24 sachant que la moitié de l'énergie produit est consommée illégalement et qu'elle ne serait, peut être, jamais payée.

 

Autre souci majeur, la totalité des départements ministériels ne paie pas leur consommation alors qu'ils sont les plus gros consommateurs. Une autre preuve que le gouvernement peut encore prendre des mesures pour réduire le train de vie de l’Etat, car il n’y a pas que les seules dépenses liées aux nombreux voyages des hautes autorités… que nous évoquions hier dans ces mêmes colonnes.

Al-hamdi Abdillah Hamdi
230414/aah/hzkpresse/09h00
Agence comorienne de Presse (HZK-Presse)

OPINION : L'espoir renait pour le paysage politique !!!

Publié le 22/04/2014 à 15:30 par ridja Tags : image centerblog 2010 paysage solidarité
 OPINION : L'espoir renait pour le paysage politique !!!
Comores : l’espoir renait pour le paysage politique

 

Un début de convergence de vues vers 2016 !

 

La politique n’est pas ce que vous croyez ; il faut chercher jusqu’en profondeur pour mieux la comprendre. Dans la politique, il n’y a pas que les coups bas et les trahisons. Il y a aussi la solidarité des politiques d’un même bord ; les consensus avec les autres bords politiques ; des alliances politiques même de circonstance. Il y a aussi des unions et des fusions de mouvements. A ce stade, cela paraît chimérique aux Comores, mais il n’y a pas de doute, cela va arriver ; nous devons espérer et continuer à y travailler.

 

Nous revenons de loin. Il y a 4 ans, des patriotes s’affairaient Autour de la Convergence pour Mai 2010, afin de rétablir le cours des évènements nationaux, en attribuant Mohéli son tour de la Tournante. Tout a été fait à travers ce mouvement pour arriver en sorte que l’opposition soit unie par des tickets de candidatures très sélectifs et réduits, afin de donner le maximum de chance de réussite aux candidats issus decette opposition politique. Cette initiative a été torsadée par la frénésie des candidats mohéliensà vouloir chacun à tout prix fouler le portail de Beit-Salam. Ils sont tous partis à rangs dispersés ; résultat des courses, Ikiliou Dhoinine est élu contre tous les autres candidats de l’opposition.

 

 

Va-t-il avoir la même démarche en 2016 ?

 

Ngazidja est l’île où échoit la Tournante en 2016, comme Mayotte n’est pas constitutionnellement prête à abriter la primaire. Il faut être autiste, pour ne pas voir les galipettes, les croche-pieds,les lynchages entre partisans qui se produisent sur la scène politique national et cela juste pour mieux se positionner en « candidable » pour 2016. Des personnalités politiques se sont fourvoyées entre elles et des partis politiques se sont scindés en deux et tout cela en perspective de 2016. Sambi et Iki à couteaux tirés ; la CRC en factions ; l’Orange en moitiés ; le FNJ en rupture… À ce rythme, la listede candidats aux présidentielles, pourrait être très longue en 2016.

 

 

Va-t-il avoir sûrement de 2016 ?

 

Les leaders politiques ont la tête baissée. Ils ne pensent ni ne jurent que par 2016 ; alors que pour y arriver il y a d’abord 2014 puis 2015. Ils ne se demandent pas si les élections prévues en 2014 auront bel et bien lieu; et ne s’inquiètent de quel résultat cela va engendrer pour le pays après 2014. Il ne fallait pas que nous continuons à rêver debout. Autant mettre de l’huile de coudepour faire en sorte que les prochaines élections harmoniséesaient lieu dans de bonnes conditions de transparence et d’équité ; et faire en sorte de les gagner pour garantir un 2016 serein.

 

Il suffit que les élections de novembre prochain n’y aient pas lieu pour queles présidentielles d’avril 2016 soient recalées par effet dominos; que l’axe du mal qui ne cherche que par n’importe quel moyen à usurper le pouvoirpour toujours, arrive à rafler la majorité des sièges des chambrespour que le pays renoue avec l’instabilité politique. Dans un cas comme dans l’autre, 2016 sera hypothéqué !

 

Un rapprochement entre partis renait des cendres politiques

 

Il n’y a qu’à l’unisson que l’on peut valser les montagnes ; il n’y a que la volonté et la solidarité qui payent. Il est donc temps de virer à gauche toute! Quelques indices luisants commencent à foisonner, après la période des cassures dans les différents partis politiques; des reconstitutions et des rapprochements se profilent à l’horizon.

 

Houmed Msaidié, avec des anciens membres de la CRC, tirant avec regret les conséquences des conflits internes, annoncent la mise en place très prochaine d’un grand mouvement qui rassemblerait des partis et des personnalités politiques en son sein.

 

Les partis Shuma, Dudja, APSI, Ridja et ANC, ont mis leurs états-majors en chantier pour pondre un socle commun, qui facilitera leur prise de position unanime dans le débat national, la mutualisation des vues sur la gestion du gouvernement actuel et la mise en place des élections harmonisées de novembre 2014 d'une manière optimale. Ils lancent un appel aux autres formations politiques pour les rejoindre.

 

Peut-on se réjouir de ces quelques gestes en faveur de l’assainissement du paysage politique comorien? Le rêve est permis, puisque entre autres gestes, le Gouverneur Mouigni Baraka de Ngazidja, qui est le dernier à créer son propre parti par dissidence, a déclaré lors de la fermeture des travaux du Mouvement pour un Consensus Historique, que les Partis Politiques doivent nécessairement s’unir voire même fusionner pour le bien du peuple comorien. Il reste à savoir comment il pourra rapprocher dans un premier temps les Oranges vertes des Oranges mûres.

Said Mze Dafine

Facebook


DERNIERS ARTICLES :
HUMANICOM TOUJOURS DANS SON ELAN : MERCI Dr NADJWA ABBAS
Humanicom a réalisé la dixième évacuation sanitaire           L’association HUMANICOM poursuit ses actions humanitaires avec l’évacuation d’une petite fille de 11 mois,
Opinion: HAMIDOU BOURHANE ACCUSE BOLERO ET AZALI !!
Son Excelence, Mr BOURHANE Hamidou, Président de l'Assemblé national de l'Union des Comores   L’operation de destabilisation ayant visé le Président de l’Assemblé nationa
Pour le droit de vote des Comoriens de l'extérieur dès 2016
Pour le droit de vote des Comoriens de l’extérieur dès 2016       La loi portant modification du code électoral m’incite à faire appel à votre âme et conscience, car nu
Vente illégale des passeports comoriens
    Vente illégale des passeports comoriens : liberté provisoire sous caution accordée à Housnati Ismaël   La dernière personne, qui a été encore en détention dans le ca
LA PHOTO DU JOUR: MANIFESTATION A MORONI
La Maman de IRCHAD ABDALLAH à droite,    le 19 avril 2014 à Moroni .  
forum